Trois Australiens arrêtés en Iran, selon Canberra

  11 Septembre 2019    Lu: 523
Trois Australiens arrêtés en Iran, selon Canberra

L'annonce de ces arrestations intervient après que le premier ministre australien eut annoncé la contribution de son pays à la mission aéronavale menée par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Bahreïn pour protéger les navires marchands dans le détroit stratégique d'Ormuz.

Trois citoyens australiens ont été arrêtés en Iran, a indiqué mercredi le gouvernement australien, une annonce qui intervient après une série d'arrestations d'Occidentaux par Téhéran.

Selon le quotidien britannique The Guardian , deux des trois otages auraient également la citoyenneté britannique. Le journal croit savoir que la première serait une universitaire britannique qui enseignait en Australie, et qui aurait été arrêtée il y a de cela plusieurs mois. La deuxième serait une blogueuse anglaise qui voyageait en Iran avec son compagnon de nationalité australienne. Ces deux derniers auraient été arrêtés il y a quelques semaines, mais la nouvelle n'avait pas jusque-là été rendue publique.

Le Guardian affirme que le gouvernement britannique mènerait des négociations diplomatiques très discrètes, y compris pour tenter d'obtenir la libération du ressortissant australien. Une source au ministère des affaires étrangères britannique a confirmé au journal «offrir une assistance consulaire aux familles des trois Australiens détenus en Iran.» A ce stade, il n'a pas été précisé si des charges ont été retenues à l'encontre de ces trois Australiens.

L'annonce de ces arrestations intervient après que le Premier ministre australien Scott Morrisson eut annoncé, en août, une "modeste" contribution de son pays à la mission aéronavale menée par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Bahreïn pour protéger les navires marchands dans le détroit stratégique d'Ormuz, après une série d'attaques de tankers dans la région.

Plusieurs étrangers, en majorité des binationaux, sont actuellement emprisonnés en Iran. Ces détentions sont un moyen de pression pour Téhéran dans un contexte de dégradation des relations entre l'Iran et les pays occidentaux après le retrait unilatéral américain de l'accord nucléaire de 2015. (AFP)


Tags: Iran