Le Conseil de l'Europe déplore la montée du racisme et de l'intolérance en Finlande

  10 Septembre 2019    Lu: 220
Le Conseil de l

Le Conseil de l'Europe s'inquiète de la hausse des propos racistes et injurieux en Finlande, devenus «courants» sur internet et de plus en plus fréquents dans le discours politique, selon un rapport publié mardi.

Le pays nordique, souvent mis en avant pour sa qualité de vie et l'égalité entre les sexes, ne compte que 6,6% de sa population née en dehors de ses frontières, soit le plus faible taux de personnes nées à l'étranger pour un pays occidental de l'UE. Il a pourtant enregistré en 2018 le taux le plus élevé de violences raciales et de harcèlement envers les personnes d'origine africaine, selon une étude conduite par l'Union européenne dans 12 pays.

«Les propos haineux racistes et intolérants dans le discours public sont en hausse et visent principalement les demandeurs d'asile et les musulmans», déplore la Commission contre le racisme et l'intolérance (ECRI) du Conseil dans son rapport.

Dans le même temps, sur internet, «les expressions de racisme et de xénophobie contre les immigrés ou les personnes d'ascendance africaine, les personnes LGBT et la communauté juive sont chose courante, tout comme les propos injurieux à l'égard des Roms», notent les auteurs du rapport.

L'an dernier, 63% des personnes d'origine africaine vivant en Finlande avaient été victimes de harcèlement raciste au cours des cinq années passées, selon une étude de l'agence des droits fondamentaux de l'Union européenne, le niveau le plus élevé enregistré dans les 12 pays étudiés.

Bien que l'ECRI se soit félicitée des mesures prises récemment pour tenter de résoudre ces problèmes, la Commission estime que «les réponses des autorités finlandaises à ces incidents ne peuvent être considérées comme pleinement adéquates».

La Finlande a enregistré 1165 incidents haineux en 2017, selon les dernières données fournies. Le rapport critique la collecte inégale de données qui empêchent d'établir des comparaisons annuelles précises. Néanmoins, note-t-il, «les représentants de la société civile ont indiqué que le nombre de crimes de haine, en particulier contre les réfugiés et les musulmans, avait augmenté en Finlande depuis 2015».

Le rapport met également l'accent sur une loi décriée qui exige la stérilisation des personnes transgenres pour pouvoir être légalement reconnues comme ayant changé de sexe. «L'ECRI recommande (...) de modifier la loi sur la reconnaissance juridique du genre des personnes transsexuelles afin de supprimer l'exigence d'infertilité ou de stérilisation», écrit la Commission. En juin, le premier ministre social-démocrate Antti Rinne s'est engagé à abroger cette loi.

AFP


Tags: Finlande   racisme