Brésil: opéré dimanche, Bolsonaro veut retravailler mardi

  09 Septembre 2019    Lu: 173
Brésil: opéré dimanche, Bolsonaro veut retravailler mardi

Opéré d'une hernie abdominale dimanche, le président brésilien Jair Bolsonaro a assuré lundi depuis son lit d'hôpital à Sao Paulo qu'il reprendrait le travail dès mardi. «Je ne suis de repos qu'aujourd'hui, demain, je retourne au boulot», a déclaré le chef de l'Etat dans une vidéo publiée sur Twitter, réseau social où il est toujours très actif.

Sur les images, Jair Bolsonaro, 64 ans, apparaît souriant, en train de regarder à la télévision un épisode du feuilleton mexicain pour enfants «El Chavo del Ocho», très populaire au Brésil. L'opération, sa quatrième depuis qu'il a été poignardé à l'abdomen en septembre dernier pendant la campagne électorale, a duré plus de cinq heures, deux de plus que prévu.

«J'irai devant l'ONU, même si je dois y aller en fauteuil roulant ou sur un brancard.»

Le dernier bulletin médical diffusé lundi par l'hôpital a expliqué que l'état de santé de Jair Bolsonaro était «stable», avec «une bonne évolution post-opératoire». Lors d'une conférence de presse peu après la diffusion de la vidéo du président, son porte-parole Otavio Rego Barros a confirmé que la sortie d'hôpital devrait avoir lieu jeudi.

Même si le chef de l'Etat s'est montré disposé à «commencer à travailler (dès mardi) à la tête de l'exécutif», le vice-président Hamilton Mourao sera officiellement président par interim jusqu'à jeudi, comme prévu, a précisé le porte-parole.

Rego Barros a également confirmé l'intention de Jair Bolsonaro de se rendre le 24 septembre à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU, où le Brésil est traditionnellement le premier pays à prendre la parole. «J'irai devant l'ONU, même si je dois y aller en fauteuil roulant ou sur un brancard. Je veux y parler de l'Amazonie», avait déjà affirmé le président à Brasilia, quelques jours avant l'opération.

Le Brésil est sous le feu des critiques sur la scène internationale en raison d'une forte recrudescence de la déforestation et des incendies en Amazonie.

AFP


Tags: Brésil   Bolsonaro