Brexit : des pénuries sont à prévoir au Royaume-Uni en cas de «no deal»

  18 Août 2019    Lu: 200
    Brexit :   des pénuries sont à prévoir au Royaume-Uni en cas de «no deal»

Des documents officiels ont été publiés par le Sunday Times.

Le Royaume-Uni sera confronté à des pénuries de nourriture, d'essence et de médicaments en cas de sortie de l'Union européenne sans accord, avec des blocages dans les ports et le rétablissement d'une frontière physique en Irlande, selon des documents officiels publiés par le Sunday Times.

Jusqu'à 85% des camions qui empruntent les principaux points de passage du chenal "pourraient ne pas être prêts" pour les autorités douanières françaises, ce qui signifie que des perturbations dans les ports pourraient durer jusqu'à trois mois avant une éventuelle amélioration du trafic.

Le gouvernement estime que le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord sera probable, dans la mesure où les plans envisagés actuellement afin d'éviter des contrôles généralisés se révèleront insoutenables, précise le Times.

Après trois années au cours desquelles le Brexit a dominé les affaires européennes, le bloc a refusé à plusieurs reprises de revenir sur l'accord de retrait négocié en novembre avec Theresa May, prévoyant notamment une clause de sauvegarde, qui a pour but d'éviter le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande et la province d'Irlande du Nord.

Boris Johnson dira la semaine prochaine à Emmanuel Macron et à Angela Merkel que le parlement britannique n'a pas les moyens de s'opposer à la rupture entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Son approche le place en opposition frontale avec la Chambre des communes, majoritairement hostile à un No Deal, qui reprendra ses travaux le 3 septembre après la pause estivale.

Le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a appelé cette semaine à voter une motion de défiance contre Boris Johnson et à mettre sur place un gouvernement "provisoire strictement limité dans le temps" qui repousserait la date du Brexit au-delà du 31 octobre et organiserait de nouvelles élections législatives.

Reuters


Tags: Brexit