Hongkong : sous pression, le directeur général de Cathay Pacific démissionne

  16 Août 2019    Lu: 232
Hongkong : sous pression, le directeur général de Cathay Pacific démissionne

Rupert Hogg a annoncé sa démission ce vendredi, après que la compagnie aérienne a été rappelée à l'ordre par Pékin. Cathay espère «mettre en place une nouvelle équipe de direction capable de rétablir la confiance».

La crise s'étend à Hongkong. Installée dans la cité-Etat, la compagnie aérienne Cathay Pacific a annoncé la démission de son directeur général Rupert Hogg, ainsi que de son responsable commercial et clientèle, Paul Loo, vendredi 16 août. L'entreprise se retrouve au centre de tensions internes, déchirée entre certains de ses 27.000 employés qui ont pris part aux manifestations pro-démocratie ou exprimé leur soutien au mouvement, d'une part, et Pékin, qui ne cesse d'accentuer la pression sur elle d'autre part.

Le président de Cathay, John Slosar, a déclaré que les récents événements avaient remis en cause l'engagement de Cathay en matière de sécurité des vols et avaient mis sa réputation et sa marque en difficulté. Rupert Hogg a donc démissionné, "assumant la responsabilité, en tant que dirigeant de la compagnie, des récents événements", précise Cathay dans un communiqué. Il sera remplacé par Augustus Tang, qui dirige la Hong Kong Aircraft Engineering Company, une société qui fait partie du groupe Swire Pacific, comme Cathay.

«C'est regrettable, car nous avons toujours fait de la sécurité notre priorité absolue», a réagi le président de la société. «Nous pensons donc qu'il est temps de mettre en place une nouvelle équipe de direction capable de rétablir la confiance et de conduire la compagnie aérienne vers de nouveaux horizons», a-t-il écrit.

Ces démissions interviennent au lendemain d'autres renvois : la compagnie est mise sous pression par Pékin pour qu'elle empêche ses employés de soutenir les manifestations en cours dans la Perle de l'orient depuis plusieurs mois. La direction générale de l'aviation civile chinoise avait ainsi exigé il y a une semaine de Cathay les noms des personnels à bord de ses vols à destination de la Chine, ou qui traversent son espace aérien, indiquant que ceux soutenant le mouvement pro-démocratie ne seraient pas autorisés sur ces vols. Depuis, Cathay a limogé quatre membres de son personnel, dont deux pilotes.

Ces décisions ont entraîné ce que certains employés dénoncent comme un climat de peur et de suspicion. Beaucoup craignent d'être espionnés par des collègues cherchant à connaître leurs opinions politiques. «J'ai l'impression qu'on est réduit au silence. On ne peut même pas afficher son soutien (au mouvement pro-démocratie) sur les réseaux sociaux », s'est plaint auprès de l'AFP une hôtesse de l'air disant se prénommer Cat. «De nombreux collègues disent que des personnes pourraient envoyer des listes de sympathisants des manifestations illégales à (la direction de) l'entreprise», ajoute-t-elle, «cela fait vraiment peur à tout le monde».

La compagnie aérienne de Hong Kong a également été prise pour cible par les médias d'Etat chinois. «Les quatre péchés de Cathay Pacific Airlines», a titré le Quotidien du peuple, l'organe de presse du Parti communiste au pouvoir, en énumérant des actions des personnels du groupe considérées comme favorables au mouvement de contestation. Les analystes estiment que Cathay est très vulnérable à toute pression de Pékin. Des appels à boycotter la compagnie se sont répandus sur les réseaux sociaux et le hasthag #BoycottCathayPacific apparu la semaine dernière sur le site de Weibo a généré jusqu'à mercredi plus de 45 millions de vues.

Les dirigeants de la compagnie s'étaient empressés de rassurer Pékin en prenant leurs distances par rapport à la mobilisation pro-démocratie, promettant lundi de licencier tout employé soutenant ou participant aux «manifestations illégales». Swire a publié un communiqué dans lequel il écrit «soutenir fermement» le gouvernement de Hong Kong et «partager» la vision du gouvernement central chinois.

L'artiste dissident chinois Badiucao, basé en Australie, lui, s'en est moqué dans une caricature rapidement devenue virale, résumant le sentiment du mouvement pro-démocratie et rebaptisant la compagnie aérienne «Cathay Pathetic» - le C transformé en marteau et faucille, emblèmes communistes.

AFP


Tags: Hongkong