Erdogan annonce une nouvelle phase des opérations en Syrie

  06 Août 2019    Lu: 696
  Erdogan annonce une nouvelle phase des opérations en Syrie

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé que les opérations militaires menées dans le Nord de la Syrie contre les groupes terroristes passeront "très bientôt" à une nouvelle phase.

Erdogan s’exprimait, mardi, au palais présidentiel à Ankara, qui accueillait les participants de la "11è conférence annuelle des ambassadeurs".


Le président turc a tout d'abord indiqué que la Turquie est absolument déterminée à défendre ses intérêts nationaux, en ayant recours: "tantôt au dialogue et au -soft power-, tantôt aux outils coercitifs de la diplomatie et tantôt aux forces physiques quand la nécessité se présentera".

Pour rappel, la Turquie cherche à mettre en place une Zone Sécurisée dans le Nord de Syrie de 32 kilomètres de profondeur, purifier de l'organisation terroriste YPG/PYD, et dont le contrôle serait établi par elle-même.

Erdogan a également affirmé que la Turquie est déterminée à déraciner l'organisation terroriste PKK des territoires irakiens.


Le président turc est ensuite revenu sur l’ancienneté des relations de la Turquie au sein de l’OTAN, remontant à plus de 60 ans

En ce sens, il a appelé les Etats-Unis, "allié de l’OTAN et partenaire stratégique de la Turquie", à entreprendre des démarches dignes d’un allié.

"La Turquie, avec ou sans ses alliés, a le droit d’anéantir toutes les menaces qui se tournent contre sa survie nationale. L’objectif premier de la Turquie est de se débarrasser du marais terroriste qui se situe dans le Nord de la Syrie", a-t-il lancé.

"La Turquie ne se sentira pas en sécurité tant que l'organisation (terroriste) qui se trouve à notre frontière sud continuera à se répandre comme une cellule cancéreuse et en continuant d'être renforcée par nos alliés", a-t-il martelé.

Erdogan a ainsi annoncé que très prochainement, la Turquie portera à une nouvelle phase le processus lancé avec les opérations militaires Bouclier de l'Euphrate et Rameau d’Olivier, en Syrie.

"Nous construirons ainsi le corridor de paix, où nos frères Syriens vivront en paix, en sérénité et en sécurité", a-t-il dit.

Par ailleurs, revenant sur l’achat des systèmes de défense russe S-400 par la Turquie, Erdogan a indiqué: "Que personne ne trompe personne, il n'y a aucune donnée concrète montrant que les S-400 représentent un danger pour l'OTAN ou les F35."

"La Turquie n'a pas fais un choix stratégique pour sa sécurité, il s'agit d'un choix totalement commercial. C’est l’attitude intransigeante de nos alliés qui nous a forcé à faire ce choix", a-t-il ajouté.

A cet effet, Erdogan a rappelé le discours du Président américain, Donald Trump, énoncé lors du dernier sommet du G-20 à Osaka, où il avait indiqué qu’il avait été agit de manière injuste face à la Turquie.

"En vue de cette juste approche de Trump, je souhaite qu’il ne permettra pas que l’affaire des S-400 prenne en otage les relations turco-américaines", a-t-il souligné.

Il a ensuite appelé les Etats-Unis "à entreprendre des démarches concrètes quant à l'extradition du chef de l'organisation terroriste FETO" et "d’arrêter d'armer l'organisation terroriste YPG/PKK."

S’adressant d’autre part à l’Union Européenne, Erdogan a déclaré: "Je souhaite rappelé que nous préservons notre objectif d’adhésion totale à l’UE. Si l'UE veut être un acteur mondial, elle doit d'abord gagner la Turquie. L'adhésion de la Turquie ne doit pas être sacrifiée au profit des ambitions de quelques pays."

Enfin, Erdogan s’est penché sur l’affaire palestinienne et a conclu: "La création et la reconnaissance d'un Etat palestinien souverain et indépendant, sur les bases de 1967 ayant pour capitale Jérusalem-Est, n'est plus une option, mais une obligation". (AA)


Tags: Erdogan   Syrie   Turquie