Nucléaire: l'AIEA fixe son calendrier pour la nomination d'un nouveau directeur

  01 Août 2019    Lu: 291
Nucléaire: l

Le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a arrêté ce jeudi son calendrier en vue de l'élection de son nouveau directeur général après le décès mi-juillet du Japonais Yukiya Amano, avec l'espoir d'une prise de fonctions en janvier «au plus tard» dans un contexte international tendu.

La date limite pour le dépôt des candidatures a été fixée au 5 septembre 2019 et «le Conseil espère pouvoir nommer un directeur général en octobre 2019». Il «envisage en toute hypothèse une prise de fonctions au 1er janvier 2020 au plus tard», a indiqué l'organisation onusienne dans un communiqué. Patron de l'AIEA durant dix ans, Yukiya Amano est décédé le 18 juillet à l'âge de 72 ans, laissant l'agence sans directeur au moment où elle est mobilisée par le suivi des engagements nucléaires de l'Iran au titre de l'accord de 2015.

Le diplomate roumain Cornel Feruta a été désigné le 25 juillet directeur général par intérim. Jusqu'alors coordinateur en chef du bureau du directeur général, Cornel Feruta, 43 ans, a occupé depuis dix ans différentes fonctions auprès de l'organisation dont le siège est à Vienne. Il passe aussi pour être l'un des favoris pour prendre les rênes de l'agence à l'issue de la période de transition. L'ambassadeur argentin auprès de l'AIEA, Rafaël Grossi, est également un candidat pressenti. Dans le contexte de tensions croissantes concernant le dossier nucléaire iranien, plusieurs pays dont les Etats-Unis ont plaidé pour une accélération du processus de nomination, qui dans des circonstances ordinaires s'étale sur un an environ.

L'AIEA, qui rassemble 171 Etats, joue un rôle central dans la lutte contre la prolifération nucléaire en permettant de vérifier que les pays membres du Traité de non-prolifération respectent leurs engagements en la matière. Son Conseil des gouverneurs compte 35 membres, dont les principales puissances nucléaires. En riposte au retrait américain en 2018 de l'accord nucléaire de 2015, Téhéran a commencé début juillet à s'affranchir de certaines obligations relatives à son programme nucléaire. L'AIEA, dont les experts contrôlent les activités nucléaires de l'Iran, a confirmé que le pays avait dépassé plusieurs plafonds autorisés.

AFP


Tags: AIEA