Syrie : Moscou exhorté à l'ONU de mettre un terme aux attaques d'hôpitaux

  19 Juillet 2019    Lu: 557
Syrie : Moscou exhorté à l

La Russie a une nouvelle fois été prise à partie jeudi par des membres du Conseil de sécurité réclamant la fin des attaques d'hôpitaux dans la région d'Idleb, lors d'une réunion à huis clos organisée à la hâte, selon des diplomates.

La réunion demandée par le Koweït, l'Allemagne et la Belgique s'ajoute aux nombreuses autres organisées depuis mai par ces trois pays face à l'intensification des combats dans le nord-ouest de la Syrie.

La Russie s'est opposée à l'adoption d'une déclaration commune condamnant les attaques d'hôpitaux, selon les mêmes sources.

Le texte, transmis aux médias, exprimait notamment une « grave préoccupation » relative au bombardement le 10 juillet du Maarat National Hospital, l'un des plus grands établissements médicaux de la région et dont les coordonnées avaient été partagées dans le cadre du mécanisme onusien dit de « déconfliction » qui vise à éviter le ciblage d'objectifs civils.

La Russie a une nouvelle fois démenti bombarder des installations civiles.

« J'ai fourni des informations de mon ministère de la Défense » et une « enquête a démontré qu'il n'y a pas eu d'attaque sur neuf des onze bâtiments prétendument attaqués » en mai, a affirmé à la presse Vassily Nebenzia, ambassadeur de la Russie auprès de l'ONU.

« Les deux autres bâtiments ont été en partie endommagés mais pas par des forces aériennes russes », a-t-il ajouté.

Son homologue britannique Karen Pierce s'est montrée peu convaincue.

« Il faut nous focaliser » sur une enquête sur le bombardement du Maarat Hospital, a-t-elle estimé à l'issue de la réunion. « Nous avons nos soupçons. Mais examinons cela de manière appropriée et obtenons une réponse appropriée », a ajouté la diplomate.

« Le carnage doit cesser », a lancé dans un rare communiqué à l'issue de la réunion le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires Mark Lowcock.

« Depuis le 1er juillet, au moins six installations médicales, cinq écoles, trois stations d'épuration de l'eau, deux boulangeries et une ambulance ont été endommagés ou détruits » par des raids, a-t-il dénoncé après avoir participé à la réunion du Conseil de sécurité.

La région d'Idleb échappe toujours au contrôle du régime. Elle reste dirigée par les djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda), visés depuis fin avril par des frappes du régime et de son soutien russe. La guerre en Syrie, qui a éclaté en 2011, a fait plus de 370 000 morts.

AFP


Tags: Russie   Syrie   ONU