Le MAE d'Azerbaïdjan publie une déclaration sur la prise d'otages de Dilgam Asgarov et Chahbaz Guliyev

  11 Juillet 2019    Lu: 1045
 Le MAE d

Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a publié une déclaration à l'occasion du cinquième anniversaire de la prise d'otages de Dilgam Asgarov et Chahbaz Guliyev par l'Arménie.

«Aujourd'hui, cinq ans se sont écoulés depuis la prise d'otages de deux civils azerbaïdjanais, Dilgam Asgarov et Chahbaz Guliyev, par l'Arménie.

Dilgam Asgarov et Chahbaz Guliyev ont été pris en otage par les forces armées arméniennes alors qu'ils visitaient les tombes de leurs parents dans la région azerbaïdjanaise occupée de Kalbajar et Hasan Hasanov, qui était avec eux lors de la prise d'otages, a été tué. Sur la base d'accusations fausses et inventées portées par le régime illégal établi dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan par l'Arménie, Dilgam Asgarov a été condamné à la prison à vie et Chahbaz Gouliyev à 22 ans, par le verdict rendu le 19 décembre 2014 par le « tribunal » du régime séparatiste du Haut-Karabakh.

Chaque jour passé en captivité en Arménie est un autre jour où les deux civils azerbaïdjanais sont soumis à la torture. Les images de M. Asgarov et de M. Guliyev avant et après leur capture montrent clairement qu'ils ont été soumis à un traitement inhumain et à des actes de torture physique et morale durant leur prise d'otage.

À la suite de l'agression militaire en cours de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan, le Haut-Karabakh et sept régions adjacentes de notre pays ont été occupés. Plus d'un million d'Azerbaïdjanais, dont D. Asgarov, C.Guliyev et des membres de leur famille, ont été expulsés de leurs terres natales à la suite du nettoyage ethnique perpétré par l'Arménie sur les terres occupées.

Conformément aux normes et aux principes du droit international, l’acquisition de territoires par la force ou par la menace de la force ne peut en aucun cas être considérée comme légitime. Ce principe est réaffirmé dans les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies de 1993 sur le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies exigent le retrait immédiat, complet et inconditionnel des forces d'occupation de tous les territoires occupés de l'Azerbaïdjan, ainsi que la détermination du cadre juridique et humanitaire international pour le règlement du conflit et la réaffirmation du droit des personnes déplacées dans leur propre pays.

Depuis le début de la politique d'agression de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan, en violation flagrante des normes et principes du droit international et de la Charte des Nations Unies, 3 888 citoyens azerbaïdjanais ont été portés disparus à la suite du conflit; dont 718 civils, 265 femmes, 71 enfants et 326 personnes âgées.

Contrairement aux dispositions des Conventions de Genève de 1949 et de leurs Protocoles additionnels, qui interdisent la prise d’otages de civils et exigent un traitement humain des civils lors des conflits militaires, la partie arménienne continue de violer de manière flagrante les engagements pris à l’échelle internationale et n'entend pas les appels de la partie azerbaïdjanaise qui exhorte ce pays à respecter le droit humanitaire et à libérer immédiatement les civils détenus des deux côtés», lit-on dans la déclaration.

Azvision.az


Tags: Kalbajar   otages