Cavusoglu: "La Russie doit assurer un contrôle sur le régime"

  04 Juillet 2019    Lu: 435
  Cavusoglu: "La Russie doit assurer un contrôle sur le régime"

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a indiqué qu'il est du rôle de la Russie d'assurer un contrôle sur le régime de Bachar al-Assad, concernant les attaques perpétrées contre la province syrienne d'Idleb.

Cavusoglu s’exprimait, jeudi, sur l’actualité en répondant aux questions de la chaine publique turque TRT Haber.

Le Chef de la Diplomatie turque a tout d'abord indiqué que le processus politique en Syrie et la situation à Idleb ont été abordés lors de la dernière rencontre avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe, Vladimir Poutine, lors du sommet du G20, au Japon.

"L'envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Syrie, Geir O. Pedersen, se rendra à Damas dans les prochains jours pour la formation du comité constitutionnel. Il y avait un désaccord concernant six personnes, ce problème semble résolu, nous allons dorénavant former le comité constitutionnel", a-t-il déclaré.

"L'accord d'Idleb et la confiance entre la Turquie et la Russie ont été discutés entre les Présidents Erdogan et Poutine. Bien évidemment, la véritable responsabilité revient ici à la Russie. La Russie doit assurer un contrôle sur le régime. Ces attaques doivent cesser. Nous avons transmis les informations nécessaires sur les attaques contre les hôpitaux, écoles et civils. La Russie a des inquiétudes concernant ses propres bases militaires, mais en réalité, les services de renseignement et les militaires discutent ensemble de ce sujet. Il y a des groupes radicaux (dans la zone). Nous discutons avec la Russie de leurs avenirs, de l'Iran et de tous les autres acteurs, car l'affaire syrienne, Idleb, sont des sujets critiques",a-t-il poursuivi.

Cavusoglu s'est ensuite exprimé concernant les systèmes de défense russes S-400 achetés par la Turquie et les éventuelles sanctions américaines.

Il a tout d'abord rappelé la rencontre entre le Président Erdogan et son homologue américain, Donald Trump, en marge du G20.

Revenant sur les propos énoncés par Trump lors de cette rencontre bilatérale, Cavusoglu a indiqué: "Il était important que Trump évoque clairement [ces propos] devant la presse. En réalité, Trump avait de nombreuses fois affirmé au Président Erdogan, lors des rencontres bilatérales, ce qu'il a dit devant tout le monde. Lors des entretiens téléphoniques, Trump indiquait que la Turquie n'avait aucune responsabilité, que l'erreur avait été faite durant la période de (Barack) Obama. J'aimerais cependant ouvrir une parenthèse ici. Nous avions évoqué notre souhait d'acheter des Patriot auprès des Etats-Unis lorsque Trump est arrivé au pouvoir. Nous avons reçu une réponse seulement six mois avant, soit près de deux après. Nous ne pouvons pas incomber toute l'erreur à la période d'Obama."

Cavusoglu a réitéré encore une fois que l'achat des S-400 est un accord finalisé et que la Turquie discute dorénavant de la date de livraison.

AA


Tags: Turquie   Russie