Erdogan: "La livraison des systèmes de défense S-400 se fera à partir de juillet"

  25 Juin 2019    Lu: 315
    Erdogan:   "La livraison des systèmes de défense S-400 se fera à partir de juillet"

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a assuré que la livraison des systèmes de défense S-400 commandés par la Turquie à la Russie débutera dès le mois de juillet.

Le Chef de l’Etat turc s’exprimait, mardi, lors de la réunion hebdomadaire de sa formation politique, le Parti de la Justice et du Développement (AK Parti), au Parlement turc.

Il est d’abord revenu sur le résultat du nouveau scrutin municipal à Istanbul, qui s’est tenu dimanche 23 juin.

Saluant une nouvelle fois la victoire du candidat de l’opposition, Ekrem Imamoglu, Erdogan a voulu clarifier la position de son parti suite aux résultats.

"L’important pour nous c’est que la volonté du peuple soit affichée de manière claire, sans doutes, de manière sûre et sans irrégularités", a-t-il dit.

"Dans cette optique, au-delà du nom du vainqueur, l'élection a permis de lever le doute concernant la manifestation de la volonté nationale", a-t-il souligné.

Pour cette raison, a poursuivi le Président Erdogan, il n’est pas question de penser que l’AK Parti reproche quoi que ce soit au peuple et aux électeurs.

"Dans notre conception de la politique, il n'est pas question d'en vouloir au peuple [pour son choix], ni de l'accuser", a-t-il assuré.

Malgré la défaite à Istanbul, le Chef de l’Etat a rappelé que lors des scrutins du 24 juin (2018) et du 31 mars 2019, l’alliance constituée par l’AK Parti et le MHP (Parti d’Action Nationaliste) a remporté la majorité des voix.

"Le peuple nous a demandé de poursuivre notre politique", a-t-il commenté.

Recep Tayyip Erdogan est ensuite revenu sur le sujet des systèmes de défense russe S-400, achetés par Ankara, mais qui sont la cause de désaccords et tensions avec Washington.

Il a annoncé que la livraison des systèmes de défense S-400 commandés à la Russie se fera à partir de juillet.

"L'affaire des S-400 relève directement de nos droits de souveraineté, nous ne ferons pas marche arrière", a-t-il une nouvelle fois martelé, faisant fi des menaces et chantages de Washington.

A la suite de son allocution, le Chef de l’Etat a été interrogé par les journalistes sur l’éventualité d’un remaniement ministériel.

"Nous ferons un changement dans le cabinet s’il est nécessaire, ces choses-là ne se font pas sur commande", a-t-il répondu.

AA


Tags: Turquie   S-400