Croatie: les syndicats exigent un référendum sur l'âge de la retraite

  13 Juin 2019    Lu: 437
Croatie: les syndicats exigent un référendum sur l

Les syndicats croates, pétition à l'appui remise jeudi au parlement, ont exigé l'organisation d'un référendum pour révoquer la décision de faire passer de 65 à 67 ans l'âge requis pour prendre sa retraite.

Dernier pays membre de l'Union européenne en date, la Croatie a décidé l'année dernière de fixer à 67 ans l'âge requis pour la retraite à partir de 2033 et de diminuer les retraites de ceux qui cesseraient de travailler avant cet âge. Pendant une campagne de deux semaines en avril et en mai, intitulée «67 c'est trop», les syndicats ont réuni plus de 740.000 signatures favorables à l'organisation d'un référendum sur cette question. Le minimum requis, en vertu de la loi croate, est de 10% du corps électoral, soit environ 370.000 signatures.

Les syndicats estiment que la décision de fixer à 67 ans l'âge de la retraite «n'est pas raisonnable» et qu'elle est la conséquence d'un «élitisme politique». Le niveau de vie et l'espérance de vie en bonne santé passé l'âge de 65 ans sont en Croatie, estiment les syndicats, en dessous de la moyenne européenne. «Nous sommes malades, nous travaillons trop dans un pays pauvre dont la population est forcée de travailler jusqu'à l'épuisement», a déclaré récemment un des responsables syndicaux Kresimir Sever. De son côté, le gouvernement du Premier ministre conservateur Andrej Plenkovic estime qu'il s'agit d'une mesure nécessaire pour rendre viable le système des retraites dans la mesure où la population du pays vieillit.

Jeudi, les syndicats ont symboliquement remis au président du parlement Gordan Jandrokovic 65 boites contenant les signatures recueillies. Une fois les signatures vérifiées, le parlement peut décider de convoquer un référendum ou demander à la Cour constitutionnelle de trancher si un référendum à ce sujet est justifié. Ce dernier scénario apparaît comme plus probable. «Nous nous attendons à ce que le référendum soit convoqué rapidement», de son côté déclaré à la presse, une autre responsable des syndicats Mirela Boric. «Il n'y a plus d'espace permettant des négociations» à ce sujet avec le gouvernement, a-t-elle ajouté.

Le Figaro


Tags: Croatie