La Cour suprême américaine valide la détention d'un Yéménite à Guantanamo

  10 Juin 2019    Lu: 228
La Cour suprême américaine valide la détention d

La Cour suprême des États-Unis a validé le maintien en détention d'un Yéménite prisonnier depuis 17 ans de la base militaire de Guantanamo, à Cuba, et qui n'a jamais été inculpé ou jugé.

Le temple du droit américain a refusé de se saisir d'un recours déposé par Moath al-Alwi, arrêté à la frontière afghano-pakistanaise en décembre 2001 et transféré à Guantanamo en janvier 2002.

Le Yéménite, né en 1977, fut soupçonné d'avoir été un garde du corps d'Oussama ben Laden, ce qu'il nie. Il est considéré comme un « combattant ennemi », ce qui permet de le maintenir en détention jusqu'à la fin du conflit.

La guerre en Afghanistan et contre Al-Qaïda « diffère des conflits du passé qui ont inspiré les lois de la guerre, et créé un risque de détention à vie pour lui », contraire à la Constitution américaine et au droit international, avaient toutefois plaidé ses avocats.

Leurs arguments n'ont pas convaincu la Cour suprême, qui n'a pas à justifier pourquoi elle rejette un dossier.


Le magistrat progressiste Stephen Breyer a rédigé une opinion dissidente pour regretter la décision de ses confrères.

« Il est plus que temps d'affronter » cette question, a-t-il écrit. « Al-Awi est confronté à la perspective de passer le reste de ses jours en détention sur la base d'un statut de combattant ennemi remontant à une génération, bien que le conflit aujourd'hui soit très différent de ce qui était prévu au moment de l'adoption de la loi », a-t-il ajouté.

Ouvert en 2002 peu après l'arrestation des premiers djihadistes dans le cadre de l'intervention américaine en Afghanistan, en réponse aux attentats du 11-Septembre, Guantanamo a abrité jusqu'à 780 prisonniers. Il n'en reste que 40 aujourd'hui.

La prison n'a reçu aucun nouveau prisonnier depuis 2008 mais le président Donald Trump a signé en janvier 2018  un décret sur son maintien en fonctions, signalant son intention d'y envoyer de nouveaux détenus.

LaPresse.ca


Tags: Etats-Unis   Guantanamo