Son avion sent l'essence, Houellebecq fait faux bond à Belgrade

  08 Juin 2019    Lu: 515
Son avion sent l

Un avion qui sent l'essence puis une « rébellion » menée par une « jolie » trentenaire: l'écrivain français Michel Houellebecq a tenté d'expliquer pourquoi il avait fait faux bond à des centaines d'admirateurs venus pour l'entendre vendredi à Belgrade.

« Ce serait long à raconter, c'est une scène de roman », a-t-il écrit aux organisateurs du festival littéraire Krokodil, dans un message lu vendredi soir à une salle bondée et incrédule, qui était venue entendre l'écrivain lire des extraits de son oeuvre.

Tard la veille, au moment d'embarquer à Paris-Charles-De-Gaulle dans le vol d'Air Serbia, Michel Houellebecq relève « des phénomènes inquiétants, surtout une odeur de carburants très nette ».

« Il y a eu une sorte de rébellion de passagers, qui ont exigé de sortir de l'appareil », « c'était une femme qui a pris la tête de la rébellion, au départ absolument seule », raconte l'auteur de Sérotonine. « Cheveux noirs, la trentaine, jolie. Je ne sais pas si elle était serbe ou française », décrit-il.

L'écrivain est « triste »
« Elle a dit exactement ce que j'avais envie de dire »; « c'est elle qui a eu le courage de le dire, pas moi », concède Michel Houellebecq dans ce message projeté sur écran géant de l'amphithéâtre Kombank Dvorana. Certes, l'écrivain est « triste » de n'être pas venu à Belgrade, mais « quelque part au fond de (lui) », « content d'avoir assisté à cette manifestation de rébellion, qui était juste et saine », à « cette brève confrontation avec l'autorité (qui lui) rappelle le très long épisode français des +gilets jaunes+ ».

Même si c'est vrai, il est aussi « un peu honteux de ne pas du tout en avoir été à l'origine ». Mais « l'écrivain, par nature, accepte un peu trop facilement d'être +en position d'observateur+ ». Alors certes, il y a actuellement trois liaisons quotidiennes entre Paris et Belgrade et Michel Houellebecq pouvait matériellement être présent malgré l'annulation de son vol initial.

Mais « je n'ai vraiment pas envie de reprendre l'avion dans l'immédiat, il faut annuler », lâche Michel Houellebecq. « Je suis désolé de tout cela, mais je me dis que cela aurait pu se terminer plus mal. » « On ne peut pas féliciter Air Serbia, et j'espère au moins qu'ils vous rembourseront les billets, ça me paraît le minimum », juge-t-il. Dans un communiqué, le festival Krokodil a confirmé l'annulation du vol de jeudi et ajoute avoir appris en appelant Air Serbia que l'écrivain n'était « pas sur la liste des passagers censés arriver à Belgrade à 17H25 » le lendemain. Sollicitée par l'AFP, Air Serbia n'a pas donné suite. Michel Houellebecq (Misel Uelbek en serbe) est considéré en Serbie comme un géant de la littérature mondiale contemporaine. Ses romans y sont tous traduits.


Tags: