Le roi de Thaïlande ouvre le premier Parlement depuis le coup d'Etat de 2014

  24 Mai 2019    Lu: 442
Le roi de Thaïlande ouvre le premier Parlement depuis le coup d

Le roi de Thaïlande a ouvert vendredi le premier Parlement depuis le coup d'Etat de 2014, appelant députés et sénateurs à être les garants de la «sécurité nationale» alors que les militaires sont en bonne voie pour conserver le pouvoir après les législatives de mars.

«Tous les membres du Parlement doivent assurer leur fonction de façon responsable, car l'action de chacun a un impact direct sur la sécurité nationale», a déclaré Maha Vajiralongkorn lors d'une brève allocution devant plusieurs centaines de parlementaires en uniforme blanc. Deux mois après les élections législatives, la situation est en effet paradoxale et potentiellement explosive: le parti de la junte est en bonne voie pour contrôler le Parlement, mais sa légitimité est mise en cause par la supériorité numérique de l'opposition.

Le Palang Pracharat (pro-junte) a remporté 115 sièges à la Chambre basse, contre 136 rien que pour le Pheu Thai, la première force d'opposition. Mais l'armée s'est octroyée la nomination de l'ensemble des 250 Sénateurs et le Palang Pracharat n'a donc besoin que du ralliement de 11 députés pour avoir une majorité, ce qui est quasiment acquis. Cela devrait permettre au général Prayut Chan-O-Cha, au pouvoir depuis le coup d'Etat de 2014, de rester premier ministre. L'opposition, qui a dénoncé de nombreuses fraudes, devrait, elle, obtenir 376 sièges pour pouvoir former un gouvernement, un nombre quasiment impossible à atteindre.

Depuis des années, le pays est profondément divisé entre des factions favorables à la famille influente des Shinawatra (les «Rouges») et une élite conservatrice alignée sur l'armée (les «Jaunes») qui se présente comme garante de la stabilité et de la protection de la monarchie. Mais ces élections ont été marquées par une percée du parti Future Forward, fondé par le milliardaire Thanathorn Juangroongruangkit. Ce dernier a engrangé 80 sièges à la Chambre basse et a été soutenu par plus de 6 millions d'électeurs, devenant la troisième force politique du pays. Un résultat qui inquiète les militaires. Inculpé début avril pour sédition, Thanatorn est aussi accusé d'avoir détenu des actions dans une société de médias pendant sa campagne électorale. Suspendu de ses fonctions de parlementaire par la Cour constitutionnelle jusqu'à son procès, il faisait tout de même partie des députés s'inclinant devant le roi vendredi. Dans la foule, se sont aussi fait remarquer quatre parlementaires LGBT ayant obtenu de choisir l'uniforme du sexe de leur choix, pantalon ou jupe, une première dans le royaume.

Avec AFP


Tags: Thaïlande