Le MAE azerbaïdjanais publie une déclaration sur l’occupation de Latchine

  17 Mai 2019    Lu: 830
 Le MAE azerbaïdjanais publie une déclaration sur l’occupation de Latchine

Leyla Abdoullayeva, porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a publié une déclaration sur le 27e anniversaire de l'occupation de la région azerbaïdjanaise de Latchine par les forces armées arméniennes.

«Le 18 mai 1992, le district de Latchine, qui ne faisait pas partie de l'ancienne région autonome du Haut-Karabakh en Azerbaïdjan, a été occupé par les forces armées arméniennes.

À la suite de l'occupation, les habitants du district de Latchine ont été soumis à un nettoyage ethnique et, actuellement, plus de 77 000 résidents de Latchine vivent dans des régions de l'Azerbaïdjan en tant que personnes déplacées. L'Arménie a également infligé de graves dommages à la propriété publique et privée de la région de Latchine. 217 établissements culturels, 101 établissements éducatifs, 142 centres de santé, 462 entreprises commerciales et 133 bureaux et entreprises, 100 écoles secondaires, 5 écoles maternelles, 5 écoles de musique et divers autres moyens de production ont été pillés et détruits.

54 monuments historiques d'importance mondiale, plus de 200 monuments d'importance nationale ont été soumis au vandalisme par l'Arménie. Le cloître albanais d'Aghoghlan (VIe siècle), le tombeau de Malik Ajdar (XIVe siècle), la mosquée du village de Garygyshlag et l'ancien cimetière du village de Zabukh en font partie. Le musée d'histoire de Latchine et sa collection unique d'objets anciens en or, en argent et en bronze ont été pillés. De plus, le sac à main en argent, objet d'une exposition du Musée de l'histoire de Lachin, a été vendu à l'encan Sotheby's de Londres pour 80 000 $.

L'Arménie, violant ouvertement ses engagements au titre des Conventions de Genève, poursuit ses actions illégales dans le district occupé de Latchine, en changeant les noms géographiques du district, en exploitant ses ressources naturelles et en les transformant en source de revenus illégaux, en colonisant délibérément des réfugiés syriens d’origine arménienne dans le district de Latchine et modifiant sa situation démographique.

La Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire Chiragov et autres c. Arménie, a statué en faveur des ressortissants azerbaïdjanais déplacés de force du district occupé de Latchine en Azerbaïdjan, reconnaissant que l'Arménie continue de violer certains de ses droits en vertu de la Convention pour la protection droits de l'homme et libertés fondamentales, à savoir celles relatives à la protection de la propriété (article 1 du Protocole no 1), au respect de la vie privée et familiale (article 8 de la Convention) et au droit à un recours effectif ( Article 13 de la convention).

Il est particulièrement important que la Cour, aux paragraphes 19 à 20, a constaté que le district de Lachyn, en particulier la ville de Latchine, faisait l'objet d'une attaque militaire; qu'à la mi-mai 1992, Latchine a été soumis à des bombardements aériens, au cours desquels de nombreuses maisons ont été détruites; que la ville a été pillée et brûlée; Latchine et les villages environnants ont été complètement détruits pendant le conflit militaire.

L'occupation du Haut-Karabakh et de sept régions voisines de l'Azerbaïdjan par l'Arménie et le nettoyage ethnique mené contre la population azerbaïdjanaise dans les territoires occupés démontrent clairement que la politique menée par l'Arménie est l'acquisition de territoire par la force.

Dans les conditions aggravantes de l'agression militaire de l'Arménie, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté les résolutions 822 (1993), 853 (1993), 874 (1993) et 884 (1993). Les résolutions du CS de l'ONU condamnaient l'occupation des territoires de l'Azerbaïdjan et réaffirmaient le respect envers la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan et l'inviolabilité de ses frontières internationalement reconnues. Dans ces résolutions, le Conseil de sécurité a également confirmé que la région du Haut-Karabakh faisait partie de l'Azerbaïdjan et exigeait le retrait immédiat, complet et inconditionnel des forces d'occupation de tous les territoires occupés de l'Azerbaïdjan. Au lieu de mettre en œuvre les exigences des résolutions du CS de l'ONU, l'Arménie poursuit la politique d'annexion des territoires occupés de l'Azerbaïdjan.

Les tentatives de l'Arménie de présenter les résultats de l'utilisation illégale de la force contre l'Azerbaïdjan en violation des normes impératives du droit international et de la Charte des Nations Unies et les violations massives des droits fondamentaux de plus de 700.000 Azerbaïdjanais expulsés de force des territoires occupés, comme «autodétermination» ou «droits de l'homme» de moins de 90 000 membres de la minorité ethnique arménienne vivant dans la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabakh sont absurdes et n'ont aucune justification morale, juridique ou politique.

L'Arménie doit enfin comprendre que le maintien sous l'occupation des terres azerbaïdjanaises ne peut jamais produire le résultat politique souhaité et le maintien du statu quo de l'occupation est la principale cause de l'isolement de l'Arménie et des crises socio-économiques et démographiques systématiques actuelles. La fin de l'occupation des terres de l'Azerbaïdjan et le retrait des forces armées arméniennes des territoires occupés peuvent offrir des possibilités de coopération régionale globale et contribuer à assurer une paix durable.

La restauration de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de la République d'Azerbaïdjan et le respect des droits des personnes déplacées azerbaïdjanaises, y compris celles de la région de Latchine, pour retourner dans leurs terres natales et l’élimination des graves conséquences du conflit sont un droit inconditionnel d'Azerbaïdjan en vertu de la Charte des Nations Unies.

L'Azerbaïdjan, tout en soutenant l'intensification des efforts internationaux en vue du règlement rapide des conflits, conserve ses droits en vertu de la Charte des Nations Unies de restaurer son intégrité territoriale et sa souveraineté dans le cadre de frontières internationalement reconnues et de défendre les droits violés de ses citoyens», lit-on dans la déclaration.

Azvision.az


Tags: Latchine   occupation