Sida, tuberculose, paludisme: le G7 se réunit à Paris pour parler du financement

  16 Mai 2019    Lu: 663
Sida, tuberculose, paludisme: le G7 se réunit à Paris pour parler du financement

Les ministres de la Santé du G7 se réunissent jeudi et vendredi à Paris, avec en ligne de mire un autre événement international qu'accueillera la France en octobre pour chiffrer le financement de la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

"L'accès à la santé pour tous" est le mot d'ordre de cette réunion, qui a lieu au ministère de la Santé dans le cadre de la présidence française du G7.

Outre les ministres du G7 (France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Japon, Italie et Canada), un représentant de l'Afrique sera présent (pour les pays du G5 Sahel).

L'un des objectifs est de "mobiliser l'ensemble des acteurs en amont de la Conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme", selon le dossier de presse de l'événement.

Organisée tous les trois ans, la conférence de reconstitution des fonds de cette organisation internationale aura lieu le 10 octobre à Lyon.

L'objectif de financement pour la période 2020-2022 a été fixé à 14 milliards de dollars (contre 12,2 lors de la précédente réunion des donateurs), une somme jugée insuffisante par les ONG.

Ainsi, l'association Aides a lancé mercredi une campagne pour interpeller Emmanuel Macron. Les visuels de cette campagne sont conçus comme des avis de recherche, avec un portrait de M. Macron recouvert de slogans, pour trouver "l'Emmanuel qui mettra fin au sida".

Le 7 mai, le Conseil national du sida (CNS) a estimé que la France devait "favoriser la hausse des ressources du Fonds mondial en élevant (sa) contribution et en suscitant de nouveaux financements".

"Je recevrai les pays du G7 cette semaine et j'attends évidemment des annonces de leur part", a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn, mardi à l'Assemblée nationale.

Le Fonds mondial, dont le directeur exécutif Peter Sands sera présent au G7, est le fruit d'un partenariat entre Etats, organisations, secteur privé et malades.

Il investit près de quatre milliards de dollars par an (venus à 95% des autorités publiques) pour soutenir des programmes menés principalement par des experts locaux.

Les principaux contributeurs sont les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Japon.

Les objectifs internationaux sont de mettre fin aux pandémies de sida, de tuberculose et de paludisme d'ici 2030.

Par ailleurs, le G7 santé discutera des moyens d'améliorer l'accès aux "soins de santé primaires", dispensés "par des professionnels de santé directement accessibles et géographiquement proches des patients".

A l'issue du G7 vendredi, les organisations internationales, dont l'OMS, seront chargées de définir les modalités de mise en place d'une plateforme web. Son but: "développer le partage de connaissances" sur les soins de santé primaires entre les pays du G7, pour en faire également bénéficier les pays à faible et moyen revenu.

Par AFP


Tags: G7   Paris