Erdogan: "Sans la Turquie, le projet de chasseurs F-35 est voué à l'échec"

  30 Avril 2019    Lu: 606
Erdogan: "Sans la Turquie, le projet de chasseurs F-35 est voué à l

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a affirmé qu'un projet de chasseurs F-35 excluant la Turquie est condamné à l'échec.

Erdogan s'exprimait, mardi, lors de la 14ème édition de la Foire internationale de l'Industrie de la Défense, IDEF'19.

Il s'est d'abord félicité des nombreuses réussites enregistrées au cours des 17 dernières années en Turquie, dans le secteur de la défense.

"Nous nous rapprochons pas à pas de notre objectif d'être un acteur important dans toutes les étapes de l'industrie de la défense, de la conceptualisation à la production", a-t-il dit.

Selon Erdogan: "le paradigme de sécurité de notre ère s'est élargi, comprenant ainsi des facteurs politiques, sociaux, économiques, militaires, technologiques et environnementaux."

"La Turquie se trouve dans une région où les crises politiques et les conflits sont vécus au plus haut niveau", a-t-il indiqué, ajoutant: "C'est pourquoi la Turquie est obligée de développer des méthodes permettant son renforcement."

"Le recours à la menace d'appliquer des restrictions unilatérales commence à devenir une méthode adoptée de manière très récurrente. L'usage des méthodes militaires pour la résolution des conflits commencent à être de plus en plus discuté. Alors que les crises régionales prennent rapidement une dimension internationale, les organisations terroristes sont devenues les outils les plus importants et les plus dangereux de cette voie dangereuses. De plus, des embargos dans le domaine de l'industrie de la défense sont appliqués aux pays comme la Turquie qui luttent de manière interrompue avec le terrorisme. Par exemple, nous suivons avec tristesse que les armes qui nous ne sont pas vendues contre de l'argent sont gratuitement livrées à un groupe terroriste qui s'est implanté à notre frontière, en Syrie", a-t-il dit, faisant référence au YPG/PKK.

"Dans le domaine de la défense, comme pour ceux de la politique, de la diplomatie et de l'économie, la Turquie n'accepte et n'acceptera aucune contrainte", a-t-il martelé.

Erdogan a poursuivi en indiquant que le niveau de dépendance externe de la Turquie dans le domaine de la défense est aujourd'hui de 30% alors qu'il était au niveau de 80% avant l'arrivée de son parti au pouvoir.

"Durant toute l'Histoire, nous avons été un pays fidèle aux alliances dans lesquelles nous avons pris part. Par exemple, lorsque nous avons été agressés à nos frontières et qu'un système de défense aérien s'est révélé nécessaire, nous avons d'abord fait appel à nos alliés. Mais malheureusement, nos demandes ont été laissées sans réponses ou des conditions difficiles nous ont été présentées."


"Nous avançons à grands pas vers la production nationale de nos systèmes de défense aérienne. En ces jours, nous sommes confrontés à des pressions concernant le projet des F-35. Nous estimons que ceux qui essaient de nous exclure de ce projet pour lequel nous sommes co-producteurs, sont inconscients de là où va se terminer cette affaire. Je le dis clairement. Un projet de chasseurs F-35 excluant la Turquie est voué à l'échec", a-t-il fustigé.

Erdogan a poursuivi en annonçant qu'ils ont entrepris les démarches nécessaires pour la production d'un avion de combat national.

"Dorénavant, la flotte de l'aviation turque sera majoritairement composée des avions de combat national", a-t-il annoncé, poursuivant: " dans ce cadre, nous menons des travaux avancés concernant les drones de combat [...]. Ceux qui nous compliquaient la tâche pour ne pas nous procurer les bombes utilisées dans nos avions de combats n'arrivent pas à cacher leur étonnement face à la puissance et le prix des bombes que nous produisons", a-t-il conclu.

AA


Tags: Turquie   F-35   USA