Chine: la Corée du Nord présente au sommet des Routes de la Soie

  19 Avril 2019    Lu: 436
Chine: la Corée du Nord présente au sommet des Routes de la Soie

La Chine a annoncé vendredi que les plus hauts dirigeants de 37 pays, ainsi que des représentants de la Corée du Nord, participeraient la semaine prochaine à Pékin à son grand sommet des Nouvelles routes de la Soie.

Lancée en 2013, l'initiative officiellement nommée "la Ceinture et la Route" vise à améliorer les liaisons entre l'Asie, l'Europe et l'Afrique. Elle prévoit notamment le financement d'infrastructures terrestres et maritimes pour plus de 1.000 milliards de dollars.

Le projet divise les Européens. Certains s'y sont associés, comme l'Italie, la Grèce et plusieurs pays de l'Est. D'autres, au diapason des Etats-Unis, craignent de voir Pékin étendre par ce biais son influence politique, ou disent s'inquiéter d'accords commerciaux qu'ils jugent opaques.

L'Italie est devenue en avril le premier membre du G7 à rejoindre l'initiative chinoise et fera partie des 37 nations représentées par un chef d'Etat ou de gouvernement au sommet qui se déroulera du 25 au 27 avril, a indiqué lors d'une conférence de presse le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

Dans cette liste figurent également la Grèce, la Suisse, l'Autriche, la République tchèque, des pays traditionnellement amis avec la Chine comme la Russie, ou encore de nombreux pays asiatiques.

La France sera représentée par son chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian. Les Etats-Unis ont déjà indiqué qu'ils n'enverront aucun haut responsable. Wang Yi a déclaré que la Corée du Nord, pays voisin de la Chine et son allié traditionnel, enverrait une délégation.

"Cela est tout à fait normal car il s'agit d'une initiative de coopération économique. Tous les pays sont libres d'y participer", a souligné le ministre.

Il n'a cependant pas précisé si le dirigeant suprême nord-coréen Kim Jong Un, qui devrait rencontrer le président Vladimir Poutine courant avril, participerait ou non au sommet de Pékin.

Lors du premier sommet des routes de la soie à Pékin il y a deux ans, M. Kim, qui n'y participait pas, avait volé la vedette à M. Xi en procédant à un tir de missile juste avant le début des travaux.

Le Fonds monétaire international (FMI) a mis en garde la Chine contre le piège de l'endettement pour les pays concernés par les projets d'infrastructures réalisés dans le cadre des Nouvelles routes de la soie.

L'an passé, le Sri Lanka, incapable d'honorer ses créances, a par exemple dû céder à Pékin le contrôle pour 99 ans d'un port en eaux profondes financé sur fonds chinois.

"Je tiens à souligner que ce type de partenariat n'est pas un outil géopolitique mais une plateforme de coopération", a tenu à souligner Wang Yi en réponse aux critiques. 

Belga


Tags: Chine   CoréeduNord