Nigeria: 10.000 déplacés de Boko Haram ont besoin d'aide urgente (Onu)

  11 Avril 2019    Lu: 610
 Nigeria:  10.000 déplacés de Boko Haram ont besoin d

Les Nations unies ont appelé aujourd'hui le gouvernement nigérian a apporté une aide urgente à 10.000 personnes évacuées par l'armée, en amont d'une offensive contre les djihadistes de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria.

«Le coordinateur des Nations unies pour les questions humanitaires, Edward Kallon, appelle le gouvernement du Nigeria à apporter une assistance humanitaire et à protéger près de 10.000 femmes, hommes et enfants qui ont été relogés de force à Maiduguri», la capitale de l'Etat du Borno, peut-on lire dans un communiqué. Ces déplacés qui, selon les témoins contactés par l'AFP, ont été forcés mardi par les soldats de monter dans des camions sans aucun avertissement préalable, arrivent de la ville de Jakana, à 40 kilomètres de Maiduguri. La capitale de l'Etat du Borno abrite déjà près d'un million de déplacés dans des conditions sanitaires désastreuses.

«Selon l'armée, les civils ont été relogés - dans le camp de déplacés de Bakassi - pour des raisons de sécurité, en amont d'une opération militaire dans la zone», souligne le communiqué de l'ONU. «Ils n'ont pas eu le temps de ramasser leurs affaires», a déclaré Edward Kallon. «Certains n'avaient même pas de chaussures aux pieds», regrette-t-il, rappelant aux autorités nigérianes qu'elles sont soumises aux lois internationales de protection des civils.

La branche de Boko Haram affiliée au groupe de l'Etat islamiste en Afrique de l'ouest, ISWAP, a attaqué Jakana a de nombreuses reprises. La ville se situe sur l'axe entre la forêt de Beni Sheikh et leur campement de Buni Yadi, dans l'Etat voisin de Yobe. La semaine dernière, les djihadistes ont affirmé avoir mené une attaque sur la base militaire de Jakana, infligeant de lourdes pertes parmi les soldats, des informations démenties par des sources sécuritaires et locales contactées par l'AFP.

Le conflit lancé par Boko Haram en 2009 a fait plus de 27.000 morts et 1,8 de personnes sont toujours déplacées dans le nord-est, où sévit une grave crise humanitaire.

Le Figaro


Tags: Nigeria   Boko-Haram   ONU