L'Inde rejoint le club trés fermé des destructeurs de satellites dans l'espace

  28 Mars 2019    Lu: 213
L

Le Premier ministre indien a annoncé mercredi que son pays avait réussi a détruire un satellite via un tir de missile, une prouesse militaire jusqu'alors réalisée par seulement trois autres puissances.

L'Inde a rejoint mercredi le club très fermé des nations capables d'abattre par un tir de missile un satellite dans l'espace, a annoncé son Premier ministre Narendra Modi, assurant néanmoins ne pas vouloir "créer une atmosphère de guerre". Une agence de recherche militaire indienne, la DRDO, a procédé mercredi à la destruction d'un satellite indien en orbite terrestre basse par un missile lancé depuis une île au large de l'Etat d'Odisha (est), faisant de l'Inde le quatrième pays au monde à parvenir à cette prouesse technologique.

Cette "mission Shakti" ("Force" en hindi) a duré trois minutes. "Il y a peu, nos scientifiques ont abattu un satellite en orbite basse à une distance de 300 kilomètres", a déclaré Narendra Modi lors d'une allocution télévisée à la nation, qui intervient à deux semaines du début des élections législatives dans le géant d'Asie du Sud. "Notre but est d'établir la paix et pas de créer une atmosphère de guerre. Ceci n'est dirigé contre aucun pays", a affirmé dans ce discours surprise le dirigeant nationaliste hindou, actuellement en campagne pour briguer un second mandat de cinq ans. "C'est un moment de fierté pour l'Inde", a-t-il lancé, estimant que son pays de 1,25 milliard d'habitants rejoignait ainsi les "superpuissances de l'espace".

Les remontrances de la Nasa

Seuls les Etats-Unis, la Russie et la Chine avaient fait la démonstration d'une technologie similaire. Mais ces explosions créent des milliers de débris filant à toute vitesse autour de la Terre, au risque de détruire l'un des milliers de satellites en orbite, voire d'endommager la Station spatiale internationale. L'unique essai chinois, en 2007, a créé à lui seul plus de 3.000 débris. La diplomatie indienne a affirmé qu'en raison de l'altitude relativement basse, les débris se désintégreraient en "quelques semaines" en retombant dans l'atmosphère.

Mais à Washington, l'administrateur de la Nasa a adopté un ton sévère face à ce genre de tests, alors qu'Etats-Unis et Europe s'inquiètent de plus en plus du problème des débris spatiaux. "Des gens aiment tester délibérément des capacités anti-satellites et créent des champs de débris orbitaux dont nous devons aujourd'hui gérer les conséquences", s'est agacé Jim Bridenstine lors d'une audition au Congrès américain, sans citer l'Inde. "Et ce sont ces mêmes pays qui viennent ensuite nous voir pour la surveillance de l'espace, à cause des débris qu'ils ont eux-mêmes créés".

Le ministre américain de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, a également accueilli la nouvelle avec inquiétude. "Nous vivons tous dans l'espace. N'y mettons pas le bazar", a-t-il déclaré. "L'espace est un endroit où nous devrions faire des affaires, où nous devrions avoir la liberté d'opérer. Nous ne pouvons pas le rendre instable".

Un puissant signal militaire

La militarisation de l'espace est un sujet d'inquiétude dans un monde où les satellites sont vitaux pour les télécommunications, servent à suivre les événements météorologiques ou à des fins de renseignement militaire. "L'Inde n'a aucune intention de se lancer dans une course aux armements dans l'espace", a assuré New Delhi. "Nous avons toujours soutenu que l'espace devait être utilisé uniquement à des fins pacifiques". Ce test ne devrait cependant pas passer inaperçu des grands rivaux de l'Inde dans la région, le frère ennemi pakistanais et le géant chinois, selon les experts.

Ce tir "n'est pas tant sur la destruction de satellites qu'une démonstration de la capacité à frapper en haute altitude, une compétence clé pour s'améliorer dans nombre de domaines - dont la défense contre des missiles balistiques à capacité nucléaire", a déclaré Ankit Panda de la Fédération des scientifiques américains. "C'est ainsi que le message sera perçu à Islamabad", a-t-il ajouté. Le Pakistan a réagi en comparant le gouvernement indien à Don Quichotte chargeant des moulins à vent en croyant affronter des ennemis, dans le célèbre roman de Cervantès: "chaque nation a la responsabilité d'éviter les actions qui peuvent mener à la militarisation" de l'espace, a fustigé son ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Un argument pour la campagne électorale

L'annonce du gouvernement indien survient alors que Narendra Modi espère remporter les élections qui débuteront le 11 avril et pour lesquelles 900 millions d'électeurs sont appelés aux urnes. Les résultats seront annoncés le 23 mai. Si le monde politique indien a salué cette avancée technologique et félicité les agences gouvernementales derrière le projet, les adversaires de Narenda Modi l'ont accusé de s'en servir comme propagande électorale et se sont interrogés sur son timing.

Le programme spatial indien s'est fait remarquer ces dernières années par son alliage d'ambition et de frugalité, avec des coûts opérationnels bien inférieurs à ceux de ses homologues. New Delhi compte, d'ici 2022, envoyer un équipage de trois astronautes dans l'espace, ce qui serait sa première mission habitée.

Europe1


Tags: Inde