Etats-Unis: le sénateur Sherrod Brown renonce à la présidentielle

  08 Mars 2019    Lu: 614
Etats-Unis: le sénateur Sherrod Brown renonce à la présidentielle

Le sénateur américain Sherrod Brown a annoncé hier qu'il ne se présenterait pas à la présidentielle de 2020, malgré sa popularité dans les bassins ouvriers, combinée à des politiques progressistes qui en faisaient un candidat potentiellement dangereux pour le républicain Donald Trump.

"Je continuerai à me battre pour les travailleurs à travers le pays. Et je ferai tout mon possible pour faire élire un président démocrate, ainsi qu'un Sénat démocrate en 2020", a annoncé sur Twitter le sénateur de 66 ans. "Le meilleur endroit pour que je mène ce combat, c'est le Sénat américain", a-t-il estimé, après un mois passé à voyager dans les premiers Etats américains qui voteront lors de la primaire démocrate afin de tester son message basé sur la "dignité du travail".

Son désistement ouvre encore plus nettement la voie au centriste Joe Biden, qui est, comme Sherrod Brown, populaire parmi les ouvriers. Ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden n'a pas encore annoncé s'il se lançait ou non dans la course à la présidentielle, mais il arrive déjà en tête des sondages au milieu de la quinzaine de candidats démocrates officiels. Quatre autres démocrates ont annoncé cette semaine qu'ils ne se présenteraient pas: l'ancien maire centriste de New York Michael Bloomberg, l'ex-ministre de la Justice de Barack Obama, Eric Holder, le sénateur Jeff Merkley et la candidate démocrate à la présidentielle de 2016, Hillary Clinton. "Je continuerai à dénoncer Donald Trump et son faux populisme", a promis Sherrod Brown, qui s'est décrit comme un "populiste progressiste", à l'"opposé" selon lui des valeurs du président américain. Après son annonce, le progressiste Bernie Sanders a salué en Sherrod Brown un "allié dans le combat pour la justice économique".

Moins célèbre sur la scène nationale que nombre de ses collègues sénateurs, Sherrod Brown a remporté un troisième mandat haut la main dans l'Ohio en novembre 2018 contre un candidat républicain soutenu par Donald Trump. Une performance d'autant plus remarquée que le milliardaire avait remporté en 2016 l'Ohio, l'un de ces fameux Etats pivots, qui font et défont les élections américaines en basculant entre démocrates et républicains.

AFP


Tags: EtatsUnis   présidentielle