La BBC dénonce le "harcèlement" des journalistes de son service en persan

  02 Mars 2019    Lu: 599
La BBC dénonce le "harcèlement" des journalistes de son service en persan

La BBC a dénoncé vendredi la répression accrue selon elle à laquelle sont soumis les journalistes de son service en persan et leur famille, sous forme de menaces, intimidations, interrogatoires ou gel des avoirs.

 

 

Des médias liés au gouvernement ont ainsi décrit récemment le personnel de la BBC comme un "gang mafieux" associé au terrorisme, dans une série d'articles avec photos à l'appui, a souligné la présentatrice Rana Rahimpour lors d'une table ronde.

 

 

L'agence de presse de l'autorité judiciaire Mizan a annoncé que "la main de la justice divine se manifestera à travers les bras du peuple iranien et ils seront punis pour leurs actes", a-t-elle relevé. "Par le passé, ce langage décrivait des exécutions sommaires", a-t-elle ajouté, dénonçant une "inquiétante escalade des menaces contre nous".

 

 

Des collègues ont décrit dans un témoignage vidéo avoir reçu des menaces de mort adressées à leurs enfants, des interdictions de voyager, tandis que des agents iraniens tentaient de les recruter.

 

 

Le journaliste chevronné John Simpson, qui présidait la discussion, a dit que la situation lui rappelait la Guerre froide. "J'espérais ne plus revoir ce type de comportement déplorable", a-t-il dit, "c'est une des pires atteintes par un pays à la liberté d'expression récemment".

 

 

Le service en persan de la BBC, basé à Londres, a été lancé sur les ondes courtes en 1940 et comprend aussi une télévision et un service en ligne. Il dit toucher près de 23 millions de personnes, dont 13 millions en Iran.

 

 

La répression contre ses journalistes iraniens et leurs familles s'est accrue depuis l'écrasement du soulèvement de 2009, selon la BBC, et en 2017, des enquêtes criminelles ont été ouvertes contre 152 employés et leur proches pour "conspiration contre la sécurité nationale", et leurs avoirs ont été gelés.  

 

 

"La popularité de la chaine et le fait qu'elle entre dans les foyers persans attire la foudre", a dit Tarik Kafala, contrôleur du service en langues étrangère, pour qui l'Iran est le seul pays où la BBC soit en butte à une intimidation sur "une telle échelle".

 

 

La vénérable institution britannique de radio-télévision publique a fait appel à l'ONU pour tenter d'obtenir l'arrêt de ces persécutions. Le secrétaire général Antonio Guterres et le Rapporteur spécial sur la  liberté d'expression David Kaye avaient publiquement appelé le gouvernement iranien à cesser ce harcèlement.


Tags: BBC