Erdogan: Nous détruirons ce corridor du terrorisme à tout prix

  18 Février 2019    Lu: 463
    Erdogan:   Nous détruirons ce corridor du terrorisme à tout prix

"Quoi qu'il en coûte, nous détruirons ce corridor du terrorisme", a déclaré le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, au sujet de la présence de l'organisation terroriste YPG/PKK dans le nord de la Syrie.

Erdogan s'est exprimé, lundi, au cours d'un meeting électoral en vue des élections municipales à Burdur, ville du sud-ouest de la Turquie.

Concernant la présence de l'organisation terroriste YPG/PKK dans le nord de la Syrie, le chef de l'État turc a invité les États-Unis à respecter leur engagements conformément à l'accord de Manbij, qui prévoit le retrait des terroristes des régions qu'ils occupent.

"Nous ne fermerons pas les yeux et ne tolérerons pas les terroristes au pied de nos frontières. Quoi qu'il en coûte, nous détruirons ce corridor du terrorisme, a-t-il martelé. Nous attendons, comme promis, le retrait des membres de l'organisation terroriste de Manbij et le transfert du pouvoir au peuple local. Dans cette région, ce sont ceux qui sont avec et non contre la Turquie qui gagneront."

Erdogan a affirmé qu'il s'agit là d'une question de sécurité nationale pour la Turquie et qu'ils seront intransigeant la-dessus.

"Ce n'est pas qu'une question syrienne, mais aussi une question de survie pour la Turquie et le peuple turc. Lorsque notre avenir est en question, plus rien d'autre ne compte. Nous allons prochainement porter un grand coup à cette formation terroriste", a-t-il lancé.

Pour le leader turc, il est inconcevable que la Turquie laisse faire en Syrie sans réagir, si les promesses qui lui ont été faites ne sont pas tenues.

"Ceux qui, pour leur sécurité, viennent mener des opérations à des milliers de kilomètres, se sentent dans leur bon droit. Mais moi, je ne vais pas intervenir alors que je suis constamment menacé, et partage une frontière commune de 911 kilomètres. Ce n'est pas possible", a-t-il fustigé.

Erdogan a notamment mis en garde les soutiens de l'organisation terroriste, qui selon lui, mettent directement en danger leurs propres sécurités en agissant de la sorte.

"Ceux qui apporteront un soutien aux organisations terroristes mettront, en réalité, leur sécurité en danger. Nous souhaitons la sécurité de nos alliés et n'hésiterons jamais à faire le nécessaire pour la notre", a-t-il insisté.

Le dirigeant turc a également fustigé l'attitude des États-Unis envers la Turquie.

"Alors que tu fournis des armes et véhicules gratuitement à 22 ou 23 milles terroristes à travers l'Irak, tu vas refuser de m'en vendre. C'est quel genre d'alliance, de partenariat au sein de l'OTAN ça?", a-t-il conclu.

AA


Tags: Turquie   Syrie