L'Inde reprend ses vols vers l'Irak après 30 ans d'interruption

  15 Février 2019    Lu: 794
L

La compagnie aérienne Air India a repris jeudi ses vols vers l'Irak après près de 30 ans d'interruption, a constaté un correspondant de l'AFP à l'aéroport de Najaf, ville sainte pour les musulmans chiites où de nombreux Indiens se rendent en pèlerinage.

En provenance de Lucknow, capitale de l'Etat d'Uttar Pradesh où vivent de nombreux Indiens chiites, le premier avion a atterri en fin de journée. Sur le tarmac, l'équipage et les premiers pèlerins ont été accueillis par des officiels irakiens.

"Cela fait un moment que nous essayons de rétablir les liaisons d'Air India", a expliqué l'ambassadeur indien à Bagdad Pradeep Singh Rajpurohit à l'aéroport.

Depuis les années 1990 et l'embargo international qui avait suivi l'invasion du Koweït par le dictateur irakien de l'époque, Saddam Hussein, les vols directs entre l'Inde et l'Irak avaient été interrompus.

Les Indiens désirant se rendre en pèlerinage en Irak devaient emprunter des vols avec escale.

"C'est la première fois ces 30 dernières années" qu'un vol arrive directement d'Inde en Irak et "nous sommes très heureux que la ville sainte de Najaf ait été choisie comme première destination", a ajouté le diplomate.

Les sanctuaires les plus saints de l'islam chiite se trouvent en Irak, dans les villes de Kerbala et de Najaf.

A Najaf, située à  150 km au sud de Bagdad, les pèlerins chiites du monde entier viennent se recueillir devant le mausolée de l'imam Ali, gendre du prophète Mahomet et figure fondatrice de l'islam chiite.

Kerbala, à 100 km au sud de Bagdad, accueille, elle, chaque année les deux plus importants pèlerinages du chiisme, Achoura et l'Arbaïn, quand des millions de chiites venus de tous les pays se pressent autour du mausolée au dôme doré de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet.

AFP


Tags: Inde   Irak