L’Egypte prend la présidence de l’Union Africaine

  11 Février 2019    Lu: 596
L’Egypte prend la présidence de l’Union Africaine

Le président égyptien, Abdel Fattah Sissi, a annoncé, dimanche, que son pays a pris la présidence tournante de l’Union Africaine (UA). Sissi a assuré que la situation dans le continent africain est compliquée. 

Il a exprimé sa reconnaissance pour l’attribution de la présidence de l’UA à l’Egypte pour l’année 2019 et a souligné que son pays est conscient de sa responsabilité dans la coordination des efforts africains communs, dans un contexte international et continental délicat, caractérisé par les tendances extrémistes et terroristes. 

Le président égyptien a mis l’accent sur l’importance de consacrer « les solutions africaines pour les problèmes africains », assurant que « c’est le seul moyen de traiter les défis communs que nous affrontons ». 

Quant aux plans ambitieux de l’UA pour un cessez-le-feu, d’ici 2020, Sissi a indiqué que « le chemin est encore long pour mettre fin aux conflits armés en Afrique et nous devons poursuivre nos efforts pour tourner la page douloureuse de l’histoire des conflits en Afrique, qui a réduit les espoirs du continent en termes de développement ». 

Il a poursuivi, dans le même ordre d’idées, que « le terrorisme est un cancer qui gangrène l’organisme des pays africains ». 

« L’éradication du terrorisme nécessite d'identifier ses bailleurs et parrains et de les affronter d’une manière collective et explicite, mais, en dépit de la complexité de ce combat, il s’agit du seul moyen pour éradiquer le terrorisme », a-t-il ajouté. 

Evoquant la question des migrants et des déplacés, Sissi a souligné que le nombre de réfugiés a atteint près de 8 millions, dont 90% à l’intérieur du continent, avec près de 18 millions de déplacés. 

Il a considéré que cela « nous incite à adopter une approche de développement qui implique d’énormes projets continentaux et régionaux, visant à fournir le plus grand nombre d’opportunités de travail pour les citoyens du continent. 

Sissi a appelé, dans le même contexte, les compagnies internationales à investir et à financer les projets en Afrique. 

Et de poursuivre : « le travail africain commun n’est plus un choix mais une évidence, étant donné le contexte international plein de défis et de difficultés que les pays ne pourront pas affronter individuellement ». 

Le sommet d’Addis-Ababa se poursuit pendant deux jours sous le thème : « Réfugiés, rapatriés et personnes déplacées dans leur propre pays : vers des solutions durables au déplacement forcé en Afrique ». 

Il discute des questions de la migration, de l’asile, des conflits, du terrorisme, du passeport africain unifié, de l’intégration économique et de la réforme institutionnelle de l’Union ainsi que de son financement. 

Le ministère éthiopien des Affaires étrangères a indiqué que près de 40 présidents et chefs de gouvernements africains participent au 32ème sommet africain, plus de 420 journalistes, représentant des agences africaines et internationales, et de plus de 3000 représentants des délégations, des observateurs et de personnes intéressées. 

L’UA est formée de 55 pays-membres. Son but est de soutenir l’intégration, la coopération entre les pays-membres, le renforcement des intérêts communs et la facilitation du processus de développement.

AA


Tags: Egypte