Cambodge: pas base militaire étrangère

  19 Novembre 2018    Lu: 422
Cambodge: pas base militaire étrangère

Le Cambodge n'autorisera pas de base militaire étrangère sur son sol, a déclaré aujourd'hui le premier ministre Hun Sen en réaction à une lettre du vice-président américain Mike Pence faisant état de ses préoccupations sur l'établissement d'un éventuel site naval chinois dans le royaume.

"La Constitution du Cambodge interdit la présence de troupes étrangères ou de bases militaires étrangères sur son territoire", la seule exception possible concernant l'ONU, a déclaré Hun Sen lors d'une réunion de cabinet, diffusée sur Facebook. "Le Cambodge n'a besoin d'aucun pays pour faire la guerre sur son sol. Je n'ai pas besoin que des étrangers se battent sur le territoire khmer comme par le passé", a ajouté l'homme fort du royaume, une allusion à la campagne de bombardements américains qui a frappé le Cambodge de 1969 à 1973 en marge de la guerre du Vietnam.

D'après des informations de presse, Pékin fait pression pour établir un port, qui pourrait également lui servir de base navale, à Koh Kong dans le Sud-Ouest du Cambodge. Le site borderait le golfe de Thaïlande qui donne un accès facile à la mer de Chine méridionale. Pékin revendique pour des raisons historiques la majorité de cette zone maritime et tente d'y consolider son emprise: aux tensions entre pêcheurs chinois, vietnamiens ou philippins a succédé le développement d'infrastructures militaires chinoises sur de nombreux îlots. Les Etats-Unis, autrefois puissance militaire incontestée de la région, craignent qu'une éventuelle base chinoise à Koh Kong menace encore davantage l'équilibre régional, insistant sur le fait que la zone doit être ouverte à tous les navires. Hun Sen, qui dirige le pays depuis bientôt trente quatre ans, a confirmé avoir reçu une lettre de Mike Pence à ce sujet. "Nous rejetons toutes les informations qui manipule la vérité", a-t-il relevé, dénonçant ceux qui "utilise la présence de tant d'investisseurs et de touristes chinois comme prétexte pour calomnier le Cambodge".

La Chine, plus puissant allié régional de Hun Sen, a injecté ces dernières années des milliards de dollars dans le royaume, devenant de loin son premier investisseur étranger. Pékin ne compte pas s'arrêter là et a promis la construction d'un nouvel aéroport, d'une autoroute et d'autres infrastructures.

Source: Le Figaro


Tags: Cambodge