Quelles seraient les conséquences de la disparition de la Lune sur la Terre ?

  12 Novembre 2018    Lu: 687
Quelles seraient les conséquences de la disparition de la Lune sur la Terre ?

Depuis 4.5 milliards d’années, la Lune accompagne la Terre comme satellite naturel. Regarder le ciel et l’observer est devenu une habitude, comme si la Lune était un objet immuable et familier, partenaire éternel de notre planète. Cependant, qu’adviendrait-il si elle venait à disparaître ?

La Lune est plus grande et plus massive que n’importe quel autre satellite naturel par rapport à la planète qu’il orbite (rapport entre la taille du satellite et de la planète). Relié depuis des milliers d’années à des traditions et des mythes, notre satellite naturel est également responsable de nombreux phénomènes physiques terrestres. Perdre la Lune serait catastrophique pour la Terre et l’humanité, car cela conduirait à des modifications irrémédiables de notre environnement.

1. Destruction de la Lune : nouvelles lunes, anneaux ou débris projetés vers la Terre

Une collision avec un objet suffisamment massif pourrait non seulement désorbiter la Lune, mais également la pulvériser. Les débris se répandraient dans toutes les directions. Selon l’intensité du souffle, le scénario serait différent : si le souffle est suffisamment faible, les débris se reformeraient en une ou plusieurs nouvelles lunes ; s’il est trop fort, les morceaux lunaires seraient réduits en poussière ; s’il est d’une puissance intermédiaire, les débris formeraient un système d’anneau autour de la Terre.

Parmi les scénarios résultant de la destruction de la Lune par une collision avec un autre objet, la formation d’un anneau de débris autour de la Terre est possible selon l’intensité du souffle. Crédits : Grebenkov

Au fil du temps, ces fragments lunaires se désorbiteraient en raison de l’atmosphère terrestre, créant une série d’impacts. Mais ces impacts ne seraient pas aussi destructeurs que les astéroïdes ou les comètes surveillés aujourd’hui. Même si les morceaux de Lune étaient massifs, denses et même potentiellement plus gros que l’astéroïde qui a anéanti les dinosaures, ils auraient beaucoup moins d’énergie.

Les astéroïdes ou les comètes qui frappent la Terre se déplacent à une vitesse de 20, 50 ou 100 km/s, mais les débris lunaires se déplaceraient à une vitesse d’environ 8 km/s seulement, et seraient majoritairement désintégrés par notre atmosphère. Les quelques débris frappant la Terre seraient potentiellement destructeurs, mais frapperaient la surface avec moins d’1% de l’énergie totale d’un astéroïde de taille comparable. Si les morceaux qui nous frapperaient étaient suffisamment petits, l’humanité pourrait donc facilement survivre.

2. Un ciel nocturne naturellement plus brillant

Une fois la Lune et tous ses débris disparus, le deuxième objet le plus brillant du ciel terrestre se serait complètement évaporé. Alors que le Soleil est naturellement 400’000 fois plus lumineux que la pleine Lune à son périgée, cette dernière est 14’000 fois plus lumineuse que l’autre objet le plus lumineux du ciel : Vénus.

L’échelle de Bortle permet de définir la luminosité du ciel nocturne. En phase de pleine Lune, celle-ci occulte la lumière des étoiles. Sans Lune, le ciel nocturne serait constamment au niveau 1 de l’échelle. Crédits : International Dark Sky Association

Sur l’échelle de Bortle (échelle mesurant le niveau de luminosité du ciel nocturne), la pleine Lune peut faire passer un ciel de niveau 1 — le ciel le plus naturellement clair et profond possible — à un ciel de niveau 7/8, masquant presque totalement la luminosité des étoiles. Sans Lune, il n’y aurait donc plus aucun obstacle naturel à un ciel lumineux étoilé chaque nuit de l’année.

3. Sans Lune, plus d’éclipses solaires ou lunaires (forcément)

Les éclipses nécessitent l’alignement de trois objets : le Soleil, une planète et la lune de la planète. Lorsque la lune passe entre le soleil et une planète, une ombre peut être projetée sur la surface de la planète (éclipse totale), la lune peut également traverser la surface du soleil (éclipse annulaire) ou occulter une fraction de la lumière du soleil (éclipse partielle). Mais sans aucune lune, rien de tout cela ne pourrait se produire. Notre seul satellite naturel ne passerait jamais dans l’ombre de la Terre s’il n’existait pas, mettant ainsi fin aux éclipses.

4. La longueur des jours resterait constante

La Lune exerce une certaine force de friction sur la Terre en rotation, ralentissant cette vitesse de rotationau fil du temps. La journée de 24 heures n’était que de  22 heures lorsque les dinosaures parcouraient la Terre, et elle faisait moins de 10 heures il y a quelques milliards d’années.

Dans quatre millions d’années, le jours bissextiles ne seront plus nécessaires dans notre calendrier, du fait du ralentissement de la vitesse de rotation et de la durée de la journée qui continue de s’allonger. Si la Lune disparaissait, alors ce phénomène disparaîtrait également avec elle. Les journées resteraient fixées à 24 heures jusqu’à ce que la Terre soit elle même emportée par la fin de vie du Soleil.

5. L’intensité des marées serait fortement estompée

La marée haute et basse représentent une différence importante pour ceux habitant près de la côte, en particulier ceux qui se trouvent dans une baie, un bras de mer ou une crique. Les marées sur Terre sont principalement dues à la Lune, le Soleil ne contribuant qu’à une infime fraction des marées.

Pendant les pleines lunes et les nouvelles lunes, lorsque le Soleil, la Terre et la Lune sont alignés, ce sont les marées de printemps, conduisant aux plus grandes différences de niveau entre marée haute et marée basse.

Durant les demi-lunes, ce sont les plus petites marées (nouvelles marées), où les différences de niveau entre marée haute et basse sont infimes. Les marées de printemps sont deux fois plus grandes que les nouvelles marées, mais sans la Lune, les marées seraient toujours de la même taille dérisoire et ne représenteraient qu’un quart de la taille des marées de printemps actuelles.

6. L’axe d’inclinaison deviendrait instable

La Terre tourne sur elle-même, inclinée de 23.4° par rapport à notre plan orbital autour du Soleil ; c’est l’obliquité. Au fil des dizaines de milliers d’années, cette inclinaison a varié de 22.1° à 24.5°. La Lune est une force stabilisatrice, car les mondes sans grandes lunes — comme Mars — voient leur inclinaison axiale se modifier dix fois plus avec le temps.

Sur Terre, sans lune, il est estimé que l’obliquité pourrait même parfois dépasser 45°. Les pôles ne seraient pas toujours froids ; l’équateur ne serait pas toujours chaud. Sans la Lune pour stabiliser la Terre, les glaciations toucheraient de préférence toutes les régions du monde, tous les quelques milliers d’années.

Cette instabilité pourrait causer d’importants changements des cycles climatiques. Les saisons pourraient devenir instables et plus violentes.

7. Sans Lune, plus d’accès proche au reste du Système solaire

Une des raisons pour lesquelles l’Homme a pu marcher sur la Lune, de 1969 à 1972, tient à la proximité de la Lune avec la Terre. À seulement 380’000 km, une fusée conventionnelle peut faire le trajet en environ 3 jours, et un signal aller-retour à la vitesse de la lumière ne prend que 2.5 secondes. Les autres corps les plus proches, Mars et Vénus, nécessitent des mois de voyage, plus d’un an pour un aller-retour et de nombreuses minutes pour une communication aller-retour. Sans Lune, c’est notre plus proche plateforme d’accès à l’espace qui disparaît.

Source: Trust my science


Tags: Lune   Terre