Rohani: Washington ne pourra pas réduire à zéro l'exportation du pétrole iranien

  10 Novembre 2018    Lu: 212
Rohani: Washington ne pourra pas réduire à zéro l

"Les Etats-Unis ne pourront pas réduire à zéro les exportations de pétrole de la République islamique", a déclaré samedi le président iranien Hassan Rohani.

Washington a annoncé lundi de nouvelles sanctions visant les secteurs énergétique et financier iraniens, ainsi que son secteur des transports maritimes.

S'exprimant au cours d'une réunion avec le président du Parlement, Ali Larijani, et le chef du pouvoir judiciaire, Sadeq Larijani, Rohani a estimé que les "mauvaises sanctions" visaient la peuple iranien.

"Car lorsque vous appliquez des sanctions aux banques, vous ciblez les médicaments et autres besoins médicaux", a-t-il expliqué.

La semaine dernière, l'Administration Trump a annoncé qu'elle autoriserait temporairement huit importateurs à continuer à échanger du pétrole avec l'Iran.

Bien que l'Administration Trump n'ait pas encore nommé ces huit pays, les principaux importateurs de pétrole iranien y compris la Chine, l'Inde, la Corée du Sud, la Turquie, l'Italie, les Emirats arabes unis, le Japon et Taïwan devraient continuer temporairement à acheter du pétrole iranien.

La tension entre Washington et Téhéran s'est accrue depuis mai, lorsque Trump avait unilatéralement retiré son pays de l'accord sur le nucléaire signé en 2015 par l'Iran et le groupe des pays du groupe P5 + 1 - les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne.

L'accord de 2015 a imposé des restrictions strictes au programme nucléaire iranien en échange de l'allègement des sanctions.

Trump avait également annoncé qu'il rétablirait les sanctions, qui ont été levées par l'accord.

Le 2 juillet, le département d'Etat américain a annoncé son intention de réduire à zéro les revenus pétroliers iraniens.

En août, les États-Unis ont imposé une premiere série de sanctions économiques à l'Iran, visant principalement le secteur bancaire du pays.

AA


Tags: USA   Iran   pétrole