MAE: «261 000 hectares de forêt ont été détruits par les forces armées arméniennes»

  06 Novembre 2018    Lu: 809
MAE: «261 000 hectares de forêt ont été détruits par les forces armées arméniennes»

«L'Assemblée générale des Nations Unies a instauré la date du 6 novembre pour célébrer la Journée internationale de l’environnement en temps de guerre pour la prévention de l’exploitation de l’environnement et de conflit armé. En conséquence de l'agression militaire de l'Arménie, la nature de la République d'Azerbaïdjan, sa biodiversité et la situation écologique de la région ont été sérieusement endommagées et les ressources naturelles de la région sont constamment exploitées», a rapporté dans un communiqué le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères.

«261 000 hectares de forêts dans les territoires occupés par les forces armées arméniennes, ainsi que des monuments naturels et 145 sycomores codifiés ont été détruits. Dans le même temps, la plupart des espèces végétales et animales incluses dans le «Livre rouge de la République d'Azerbaïdjan», des zones naturelles spéciales et protégées, ainsi que de rares modèles de biodiversité ont été détruits dans ces zones.

Les sources d'eau naturelles traversant les territoires occupés sont exposées à une pollution à grande échelle par l'Arménie. En raison de la pollution extrême des Oxtchoutchay et Agstaphatchay, qui sont les branches des rivières Araxes et Kur, la faune de ces rivières est gravement menacée. Les forces d'occupation utilisent le réservoir de Sarsang, construit sur la rivière Tartar pour irriguer plus de 100 000 hectares de terres arables, afin de menacer 400 000 personnes vivant dans les collines. En ouvrant et en fermant délibérément les barrages, ils créent des inondations artificielles en hiver et des sécheresses en été. Ce n'est pas un hasard que la résolution intitulée «Les habitants de régions frontalières de l'Azerbaïdjan sont délibérément privés d'eau» adoptée par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe en 2016, contient une demande claire concernant le retrait immédiat des forces armées arméniennes de la région susmentionnée et une enquête par des ingénieurs et des hydrologues indépendants.

163 gisements minéraux, y compris de l'or, du mercure, du cuivre, du plomb, du zinc, du charbon et d'autres ressources sont pillés par l'Arménie dans les territoires occupés de la République d'Azerbaïdjan. Lors de l'exploitation des ressources naturelles dans les territoires occupés, les normes écologiques ne sont pas respectées et, par conséquent, l'environnement est sérieusement endommagé.

La politique de l'Arménie exploitant les ressources environnementales et naturelles dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan malgré les dispositions pertinentes du droit international et les engagements internationaux de ce pays montre clairement sa position indifférente et non constructive vis-à-vis du développement durable et des progrès de la région.

La communauté internationale, en particulier les pays dont les personnes physiques et morales sont directement ou indirectement impliquées dans des activités illégales et dans l'exploitation des ressources naturelles et de l'environnement dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan, devraient s'abstenir de toute assistance pour la poursuite de cette grave violation du droit international», selon le communiqué.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   MAE