Le portail «Opinion Internationale» parle du conflit du Haut-Karabagh

  21 Septembre 2018    Lu: 1427
Le portail «Opinion Internationale» parle du conflit du Haut-Karabagh

Le portail français «Opinion Internationale» a publié un article intitulé «Il est temps de régler le conflit du Haut-Karabagh».

AzVision présente ci-dessous l’article dans son intégralité :

L’Azerbaïdjan n’est pas la première démocratie du monde, mais c’est un pays où les institutions démocratiques et la mentalité démocratique existent et se développent constamment. Ne prenons qu’un exemple : le 11 février dernier, le Vatican célébrait dans la capitale azérie l’intronisation en grande pompe du nouvel archevêque de Bakou. Comme en France, ont été créé des possibilités égales pour les représentants des diverses confessions religieuses (orthodoxes, chrétiens occidentaux, juifs) et ceux des nations et ils peuvent jouir de tous les droits.

Mais ce qui préoccupe le plus l’Azerbaïdjan, c’est le non respect du droit international dans le conflit du Haut Karabagh qui les oppose à l’Arménie. Le droit international est pourtant du côté azerbaïdjanais. Des résolutions internationales ont régulièrement condamné l’occupation de terres ancestrales de l’Azerbaïdjan.

Au fil des siècles, l’équilibre démographique modifié artificiellement suite à la colonisation de peuplement d’arménien non-native venus des pays voisins et ainsi, la majorité de la population devenue arménienne et où le régime sécessionniste s’est installé avec le soutien de l’Arménie voisine, le Haut –Karabagh est toujours reconnu internationalement comme la partie intégrante de l’Azerbaïdjan.

Un cessez-le-feu avait été conclu en 1994, après une guerre commise par l’Arménie et ayant fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés et de déplacés, principalement des Azerbaïdjanais. Mais des heurts se produisent régulièrement sur le long de la ligne de front. En avril 2016, ont été tuées au moins 110 personnes – des civils et des militaires des deux camps, et c’était la culmination des pires violences depuis 1994. Un nouveau cessez-le-feu a été signé à Moscou entre les belligérants, mais des combats sporadiques continuent de se produire le long de la ligne de front.

Le droit international est du côté de l’Azerbaïdjan : les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies N° 822 (1993), 853 (1993), 874 (1993) et 884 (1993) et la résolution N° 62/243 (2008) de l’Assemblée générale de l’ONU demandent le retrait complet, immédiat et sans conditions des troupes d’occupation arméniennes des territoires occupés d’Azerbaïdjan. Ces dispositions ne sont pas appliquées.  

Rappelons aussi, pour mesurer la souffrance du peuple azerbaïdjanais, qu’après 1994, ce n’est pas seulement le Haut-Karabagh de l’Azerbaïdjan, mais aussi sept districts avoisinants ont été occupés. Et du point de vue azéri, ce qui s’est passé sur ces 20% de territoires perdus, c’est l’équivalent d’une purification ethnique.

La France co-préside avec la Russie et les Etats-Unis le groupe de Minsk de l’OSCE chargé de trouver une résolution pacifique et négociée au conflit du Haut-Karabakh. Les discussions piétinent et les territoires azerbaïdjanais restent sous l’occupation des forces armées arméniennes et les violations des normes du droit international créent une menace et un précédent dangereux pour la sécurité et la stabilité régionales. Pendant ce temps, le droit inaliénable de la population expulsée des territoires occupés de l’Azerbaïdjan à retourner dans leurs maisons natales continue à être bafoué. Seule la détermination du statut définitif du Haut-Karabagh dans la République d’Azerbaïdjan avec l’assurance de l’égalité du droit à la sécurité et au développement de ses communautés arménienne et azerbaïdjanaise permettra de régler durablement le conflit.  

Patrice Giovanni 


Tags: Karabakh   France