Après le Brexit, BMW va fermer un mois une usine au Royaume-Uni

  18 Septembre 2018    Lu: 265
Après le Brexit, BMW va fermer un mois une usine au Royaume-Uni

Le constructeur automobile BMW a annoncé mardi que son usine fabriquant la Mini au Royaume-Uni allait fermer quatre semaines une fois la sortie de l'Union européenne effective fin mars 2019 afin d'éviter toute perturbation en cas de Brexit sans accord.

BMW rappelle que chaque année en été, ses différents sites de production sont temporairement à l'arrêt pour maintenance afin de remplacer et de moderniser ses équipements.

Mais compte tenu des grandes incertitudes entourant la sortie du Royaume-Uni de l'UE, le géant allemand a choisi de déplacer cette fermeture pour l'usine produisant la Mini à Oxford (sud de l'Angleterre) autour de la date du Brexit afin d'être prêt à toute éventualité.

BMW anticipe
"En tant qu'organisation responsable, nous avons prévu notre période de maintenance annuelle l'année prochaine pour l'usine Mini d'Oxford à partir du 1er avril, quand le Royaume-Uni quitte l'UE", explique BMW dans un communiqué transmis à l'AFP, confirmant une information de Sky News.

Il s'agit pour le groupe "de minimiser le risque de toute perturbation possible de court terme quant à l'approvisionnement de pièces en cas d'un Brexit sans accord".

BMW ajoute toutefois que ce scénario du pire "est peu probable", mais qu'il lui faut "l'anticiper", précise-t-il.

Fin juin, le groupe avait déjà prévenu que tout problème dans l'approvisionnement pourrait le contraindre à revoir ses investissement dans le pays, même s'il avait par la suite adouci son discours.

Le secteur automobile au Royaume-Uni, qui repose surtout sur des constructeurs étrangers implantés dans le pays, n'a eu de cesse de mettre en garde depuis des mois contre le risque d'un Brexit dur qui verrait le retour des droits de douane et des tracasseries administratives dans les échanges avec le continent européen.

Le Royaume-Uni est particulier pour BMW puisque c'est le seul pays au monde où il possède des sites industriels, depuis le début des années 2000, pour ses trois marques, à savoir BMW, Mini et Rolls-Royce.

Outre son usine d'Oxford, il produit les carrosseries de la Mini à Swindon (sud), des moteurs de BMW à Hams Hall (centre) et des Rolls-Royce à Goodwood (sud).

Le groupe emploie en tout directement environ 8.000 personnes dans le pays, auxquels s'ajoutent 14.000 emplois supplémentaires dans son réseau de concessionnaires. 

Il a investi près de 2 milliards de livres depuis 2000 au Royaume-Uni qui représente son quatrième marché dans le monde en termes de ventes.


Tags: Brexit   BMW