Tusk répond à Trump: "L'Amérique et l'UE sont les meilleurs amis"

  16 Juillet 2018    Lu: 223
Tusk répond à Trump: "L

Les Européens se sont montrés lundi irrités d'avoir été qualifiés "d'ennemis" par Donald Trump et ont demandé au président américain de se montrer ferme pour défendre l'Ukraine lors de sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine à Helsinki.

"L'Amérique et l'Union européenne sont les meilleurs amis. Qui dit qu'ils sont ennemis diffuse des fausses nouvelles", a affirmé le président du Conseil européen Donald Tusk dans un message sur son compte Twitter depuis Pekin où il participe au 20e sommet UE-Chine.

"L'Europe et la Chine, la Russie et les Etats-Unis, aujourd'hui à Pekin et à Helsinki, ont une responsabilité partagée, celle d'améliorer l'ordre mondial, pas de le détruire. J'espère que ce message sera reçu à Helsinki", a-t-il ajouté dans un second message.

"Qui considère-t-il comme un ami?"
"La question à poser à Donald Trump est qui considère-t-il comme un ami?" a pour sa part demandé avec une pointe d'ironie la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini au début d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Bruxelles.

"Pour l'Union européenne, le changement de l'administration américaine ne signifie pas la fin de l'amitié", a-t-elle précisé, ajoutant que "l'Union européenne a beaucoup d'autres amis de par le monde".

"Il semble que tout le monde soit son ennemi. Il faut prendre les déclarations du président Trump avec pondération", a pour sa part déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Yves le Drian.

Hyperbole
Son homologue espagnol Josep Borrell a lui aussi appelé à la mesure dans la réaction au propos du président américain. "Je crois qu'il voulait parler de la concurrence commerciale de l'Union européenne et donc que le terme ennemi est une hyperbole. J'espère que c'est cela", a-t-il commenté.

"Nous ne devons pas laisser les affirmations du président américain, dont certaines sont très agressives, mensongères et pas particulièrement constructives, nous contrarier. Mais nous devons maintenant montrer que nous pouvons atteindre le degré de cohérence nécessaire, ce dont nous avons vraiment besoin pour être pris au sérieux, parce que l'indignation seule ne nous aidera pas", a soutenu le ministre allemand chargé des Affaires Européenne Michael Roth.

"Les Etats-Unis sont un allié. Nous avons réaffirmé le lien transatlantique lors du sommet de l'Otan, même si nous avons des sujets de désaccord", a pour sa part souligné le chef de la diplomatie belge Didier Reynders, évoquant notamment les divergences de vue entre Américains et Européens sur le changement climatique, l'accord sur le nucléaire iranien, les questions commerciales ou encore le Moyen Orient.

Soutien à l'Ukraine et à la Georgie
"Nous devons aujourd'hui réaffirmer notre soutien à l'Ukraine et à la Georgie à l'occasion du sommet entre Donald Trump et Vladimir Poutine et rappeler que l'annexion de la Crimée, la situation dans l'est de l'Ukraine et la présence militaire russe en Georgie sont inacceptables. Nous espérons que Donald Trump mettra ces sujets sur la table", a ajouté le ministre belge.

"Je ne pense pas qu'il se soucie beaucoup de l'opinion de l'Union européenne", a toutefois tempéré son homologue espagnol, rapporte 7sur7.fr


Tags: