Côte d’Ivoire: la mortalité infantile a baissé de moitié en 20 ans

  19 Mars 2018    Lu: 349
Côte d’Ivoire: la mortalité infantile a baissé de moitié en 20 ans

La mortalité infantile a chuté de moitié en 20 ans en Côte d’Ivoire, a annoncé lundi le ministère ivoirien du Plan, en faisant état "d’une amélioration de nombreux indicateurs sociaux".

"La mortalité des enfants baisse en Côte d’Ivoire: le taux de mortalité infantile (la probabilité pour un enfant de décéder avant son premier anniversaire) est passé de 112 pour 1.000 naissances vivantes en 1998 à 60 pour 1.000 en 2016. Le taux de mortalité infantilo-juvénile (la probabilité pour un enfant de décéder avant son 5e anniversaire) est passé de 125 pour 1.000 à 96 pour 1.000 sur la même période" a déclaré la ministre ivoirienne du Plan et du Développement, Nialé Kaba.

La ministre s’est exprimée lors d’une cérémonie de présentation des résultats d’une enquête nationale sur l’amélioration de la situation des femmes et des enfants.

Selon cette enquête, l’indice synthétique de fécondité qui exprime le nombre moyen d’enfants par femme en âge de procréer a également baissé régulièrement en Côte d’Ivoire, "passant de 5,4 enfants par femme en 1998 à 4,6 en 2016". Ces chiffres varient fortement selon le milieu: 3,4 enfants par femme en milieu urbain, 6 enfants par femme en milieu rural.

Dans un rapport, l’Unicef avait toutefois souligné récemment la mauvaise performance de la Côte d’Ivoire pour la mortalité néo-natale, c’est-à-dire dans le premier mois de vie des enfants. La Côte d’Ivoire figure en 2016 parmi les dix pays les plus à risques dans le monde, avec un bébé sur 27 qui meurt dans son premier mois (contre 1 sur 17 au Rwanda, 1 sur 1.000 au Japon).

Selon l’étude du ministère ivoirien du Plan, l’indice de parité entre fille et garçon dans la fréquentation à l’école primaire est élevé et s’est amélioré, passant de 0,90 en 2013 à 0,93 en 2016.

"Les résultats clés montrent une tendance à l’amélioration de nombreux indicateurs sociaux notamment ceux relatifs à l’accès aux services de santé, à l’éducation et à la prise en charge des maladies des enfants et des femmes", a souligné Mme Kaba.

Toutefois, l’enquête a révélé que la pratique de l’excision perdure en Côte d’Ivoire, où elle touche environ 38% des femmes, un pourcentage stable.
L’excision est pratiquée en proportion plus forte dans le nord, le nord-ouest et l’est du pays.

"Nous nous rendons compte que cette pratique continue à persister chez les filles de zéro à 14 ans dans le nord et le nord-ouest du pays, malgré les différentes politiques de lutte," a déploré Doria Deza, directrice adjointe de l’INS et rapporteuse de l’enquête.

L’excision est particulièrement courante au sein de certaines communautés musulmanes du Nord et animistes de l’Ouest (70 à 80% des femmes), malgré son interdiction depuis 1998.


Tags: mortalité-infantile