Maduro reçoit à Cuba le soutien de pays amis du Venezuela

  15 Décembre 2017    Lu: 547
Maduro reçoit à Cuba le soutien de pays amis du Venezuela
Le président vénézuélien Nicolas Maduro s'est déplacé jeudi à La Havane pour y recevoir un "ferme soutien" des pays amis de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba), face aux sanctions de plusieurs pays qui visent son gouvernement.

A l'issue d'une réunion de ce bloc, créé voici 13 ans par les anciens chefs d'Etat cubain Fidel Castro et vénézuélien Hugo Chavez, aujourd'hui décédés, l'Alba a renouvelé son "ferme soutien" au président Maduro, notamment face aux sévères sanctions financières des Etats-Unis, qui l'accusent de se comporter comme un "dictateur".

"Nous condamnons les sanctions imposées par les Etats-Unis, le Canada et l'Union européenne, qui affectent la vie et le développement" du peuple vénézuélien, indique un communiqué commun de l'organe régional qui rassemble l'Équateur, le Venezuela, Cuba, la Bolivie, le Nicaragua et plusieurs petits pays des Antilles.

Les pays de l'Alba ont aussi dénoncé "les actes d'ingérence" menés selon eux par l'Organisation des Etats américains (OEA) et "certains pays contre la souveraineté, l'auto-détermination et l'ordre constitutionnel" au Venezuela.

"Je vous le dis: l'impérialisme n'a pas pu, et ne pourra pas nous asphyxier", a déclaré M. Maduro sous les applaudissements des délégués de l'Alba et de son homologue cubain Raul Castro.

Le président vénézuélien, dont le pays est au bord de la faillite économique, vient d'emporter une large victoire aux élections municipales du 10 décembre, boycottées par les principaux partis d'opposition. Il en a profité pour affirmer qu'en raison de ce boycott, ces partis d'opposition seraient exclus de la prochaine présidentielle de 2018.

Six mois après une vague de manifestations qui exigeaient son départ et inquiétaient la communauté internationale par leur violence (125 morts), M. Maduro semble avoir repris le contrôle de la situation et rétabli son hégémonie sur le pays.

Les Etats-Unis ont haussé le ton depuis l'été dernier contre le régime et pris plusieurs trains de sanctions financières aggravant la fragilité financière du Venezuela. Le Canada et l'Union européenne lui ont emboîté le pas plus graduellement pour inciter le gouvernement Maduro au dialogue avec l'opposition.

Début décembre, Caracas a ouvert des négociations avec l'opposition en République dominicaine, sans rien céder mais en s'engageant à honorer une nouvelle rencontre le 15 décembre.
L'Alba a "exhorté" jeudi la communauté internationale à appuyer ce processus tout en lui demandant de ne pas interférer dans les discussions.

Tags: