Téhéran réagit à la résolution de l’ONU

  16 Novembre 2017    Lu: 351
Téhéran réagit à la résolution de l’ONU

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a réagi à l’adoption par la Troisième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU d’une résolution anti-iranienne portant sur les droits de l’homme.

« La République Islamique d’Iran considère comme irrecevable et inacceptable la résolution sur la situation des droits de l’homme en Iran qui a été présentée par le Canada et quelques autres pays occidentaux lors de la 72e Assemblée générale de l’ONU. L’instrumentalisation et l’utilisation sélective et politique de la question des droits de l’homme par les pays occidentaux contre les États indépendants est un acte condamnable et n’aboutira au final qu’à affaiblir ces droits », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi, avant d’ajouter : « Par ailleurs, le soutien apporté à cette résolution par quelques-uns des plus grands violateurs des droits de l’homme — ceux-là mêmes qui commettent des crimes de guerre, qui soutiennent les terroristes et qui répandent l’extrémisme — ne fait que rendre un peu plus illégitime ce texte. ».

« La République islamique d’Iran est un système fondé sur la démocratie religieuse et elle s’est toujours engagée à promouvoir les droits de l’homme et à remplir ses obligations internationales. Elle s’est toujours montrée prête à engager le dialogue et une coopération constructive pour promouvoir les droits de l’homme dans le monde, conformément à ses principes-clés d’équité, d’égalité et de justice, loin des impulsions politiques et avec tous les instruments internationaux légitimes », a rappelé Qassemi.

83 pays ont approuvé aujourd’hui une résolution de la Troisième Commission des Nations unies, qui critique la situation des droits de l’homme en Iran.

La résolution de la Troisième Commission des Nations Unies sur les affaires sociales, humanitaires et culturelles, tout en notant les progrès réalisés dans certains domaines, a exprimé de « graves préoccupations » dans de nombreux autres, où de prétendues violations des droits de l’homme auraient été relevées en Iran.

Tags: