H&M accusé de brûler les vêtements invendus

  20 Octobre 2017    Lu: 2103
H&M accusé de brûler les vêtements invendus

H&M, marque de vêtements à petits prix souhaite passer de la mode du jetable à la mode recyclable. Mais une enquête vient d’apporter de nouveaux éléments contre l’entreprise.

H&M brûle des tonnes de vêtements invendus

Depuis quelques années H&M souhaite changer son image et redorer son blason en récupérant notamment les vieux vêtements de clients pour les recycler et en utilisant des textiles plus bio dans la fabrication de ses modèles. Mais une enquête menée par une équipe danoise pour l’émission Opération X vient de démontrer que l’entreprise brûlait beaucoup d’invendus.

La marque se défend. Ces vêtements ont été incinérés car ils comportaient des traces d’humidité et des taux de produits chimiques les rendant hors normes. Les enquêteurs ont donc fait analyser deux pantalons destinés à être brûlés et les ont comparés avec des vêtements en magasins. Leur composition est parfaitement identique et aucune trace de moisissure n’a été découverte par le laboratoire.

Concilier une mode responsable et low-cost ?

“Brûler des vêtements n’est que la dernière option lorsque la réutilisation est impossible“, se défend la chaîne de vêtements. “C’est dramatique” explique Else Skjold, professeure de design durable à l’Université de Kolding (Danemark) “parce que les tendances dans la mode sont temporaires. Si quelque chose n’est plus tendance alors il ne peut être vendu“. Ainsi, puisque le groupe reçoit deux nouveaux modèles en magasins chaque semaine, au lieu de quatre collections par an il y a quelques années, H&M n’a autre choix que de détruire les invendus car il est lui est impossible de stocker autant de vêtements.

Et pas question non plus de donner des vêtements neufs. En plus de l’incinération, H&M est montré du doigt en raison de la production de vêtements en viscose, textile particulièrement mauvais pour l’environnement et la santé. La marque serait également accusée de mauvais traitements vis-à-vis de ses sous-traitants basés notamment en Asie.

Source: Conso Clobe

Tags: