«Le résultat de la prochaine provocation arménienne sera plus pénible pour eux» - Ilham Aliyev

  20 Septembre 2017    Lu: 587
«Le résultat de la prochaine provocation arménienne sera plus pénible pour eux» - Ilham Aliyev

« 20 pour cent des terres azerbaïdjanaises ont été occupées par l'Arménie depuis plus de 25 ans », a déclaré le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, dans son discours à la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies qui s'est tenue ce mercredi 20 septembre à New York.

Le chef de l’Etat a noté que le Haut-Karabakh est un territoire ancien et historique de l'Azerbaïdjan.

« À la suite de l'agression arménienne, plus d'un million d'Azerbaïdjanais sont devenus des réfugiés et des personnes déplacées à l'intérieur du pays.

L'Arménie a commis un génocide contre les Azerbaïdjanais à Khodjaly. Le génocide de Khodjaly est déjà officiellement reconnu par plus de 20 pays. Le 26 février 1992, l'Arménie a commis un crime de guerre, tuant 613 civils, dont 106 femmes et 63 enfants. L’un des auteurs de ce crime est l’actuel président de l’Arménie. Les principales organisations internationales ont adopté des résolutions exigeant le retrait des troupes arméniennes des territoires occupés de l'Azerbaïdjan. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté quatre résolutions.

Cependant, l'Arménie ne mets pas en oeuvre ces résolutions pendant 24 ans. Dans certains cas, les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sont mises en place dans les jours. Dans notre cas, il est de 24 ans que les résolutions ne sont pas mises en œuvre. Il s'agit d'une approche à double standard et cette approche est inacceptable.

L'une des importantes réformes de l'ONU doit être la création des mécanismes de mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité. L'Arménie fait tout pour maintenir le statu quo inchangé, bloquer les négociations substantielles. Les coprésidents du Groupe Minsk de l'OSCE ont déclaré à plusieurs reprises que le statu quo est inacceptable », a souligné Ilham Aliyev.

Le président souligne qu’il n'y a pas de pression internationale sur l'agresseur, pas de sanctions internationales imposées à la dictature arménienne : « Cette politique doit être arrêtée. En avril dernier, l'Arménie a commis un autre crime de guerre sur la ligne de contact, en attaquant nos villageois. À la suite de cette attaque, six civils azerbaïdjanais ont été tués. L'Azerbaïdjan a libéré des territoires occupés et a hissé son drapeau en haut sur les territoires libérés, suite d'une contre-attaque réussie. Les dirigeants arméniens ne devraient pas oublier cette leçon. Sinon, le résultat de la prochaine provocation arménienne sera plus pénible pour eux.

Si les provocations militaires d'Arménie continuent, alors l'Azerbaïdjan protégera sa population. Si nécessaire, comme en avril dernier, l'Arménie sera à nouveau punie. Le conflit devrait être résolu sur la base des normes et principes du droit international au sein de l'intégrité territoriale des pays ».

Tags: #Ilham-Aliyev   #ONU