Erdogan admet de probables «défaillances»

  14 Octobre 2015    Lu: 347
Erdogan admet de probables «défaillances»
Trois jours après le double attentat d`Ankara et ses 97 victimes, le président Erdogan, très critiqué ces derniers jours, s`est exprimé pour la première fois à la télévision mardi soir lors d`une conférence de presse. Il a évoqué l`attaque de samedi, sans faire de révélation ni annoncer de mesure particulière. Il a également dit avoir commandé une enquête spéciale sur d`éventuels dysfonctionnements au sein de l`Etat.
A l’occasion d’une conférence de presse conjointe donnée avec son hôte et homologue finlandais, le chef de l’Etat pouvait difficilement éluder le sujet qui préoccupe toute la Turquie, et sans doute au-delà. Mais M. Erdogan s’est pourtant contenté de remarques très générales, voire même désincarnées.

« Je pense qu’aucune éventualité au sujet de cette attaque ne doit être écartée ; Daech, PKK, PYD ou DHKP-C, toutes les possibilités doivent être investiguées », a indiqué le président, évoquant pour la toute première fois le principal parti kurde syrien PYD, qu’il considère comme une simple extension du Parti des travailleurs du Kurdistan turc.

Il a par ailleurs indiqué avoir commandé une expertise de l’organe de contrôle des services de l’Etat, sans préciser s’il s’agissait d’une enquête parallèle ou complémentaire à l’enquête de police ou pas. Mais il a estimé probables « certaines défaillances, certains manquements, sans que cela ne justifie des appels à la démission », comme certains ministres en ont fait l’objet.

De même, il a critiqué ceux qui avaient élaboré des scénarios et des critiques, a-t-il dit, alors que les victimes n’étaient pas encore portées en terre. Mais le président Erdogan s’est surtout montré particulièrement déconnecté et étranger au traumatisme qu’a causé dans le pays le plus grave attentat terroriste de son histoire de la Turquie.

Tags:


Fil d'info