Le ministère des AE azerbaïdjanais a publié une déclaration concernant les audiences sur l'appel de l'Azerbaïdjan devant la CIJ

  01 Février 2023    Lu: 461
 Le ministère des AE azerbaïdjanais a publié une déclaration concernant les audiences sur l

Le 31 janvier 2023, la Cour internationale de Justice (CIJ) a tenu des audiences publiques sur la demande de l'Azerbaïdjan en indication de mesures conservatoires supplémentaires présentée dans l'affaire relative à l'Application de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (CIEDR)  (Azerbaïdjan c. Arménie).

Cette audience fait suite à la deuxième demande de mesures conservatoires présentée par l'Azerbaïdjan le 4 janvier 2023, demandant à la Cour de prendre "les mesures urgentes nécessaires pour endiguer le nombre croissant de victimes" en raison de la poursuite de la pose délibérée de mines terrestres et de pièges explosifs dans les zones civiles azerbaïdjanaises par les forces arméniennes. Depuis la fin du conflit de 2020, 282 Azerbaïdjanais ont été victimes de mines ou d'autres engins explosifs, dont la grande majorité étaient des civils, dont 3 journalistes.

La demande de l'Azerbaïdjan reflète de nouvelles preuves démontrant que l'Arménie, contredisant les déclarations qu'elle a faites à la CIJ en octobre 2021, a continué à poser des mines terrestres sur le territoire de l'Azerbaïdjan, même après avoir accepté, dans le cadre de la déclaration trilatérale de novembre 2020, la cessation de toutes les hostilités. Depuis août 2022, plus de 2 700 mines terrestres fabriquées en Arménie en 2021 ont été découvertes en Azerbaïdjan. Le comportement de l'Arménie constitue une violation flagrante des obligations de l'Arménie en vertu de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale et d'autres lois internationales.

Plus de 1 600 de ces mines terrestres illégales, ainsi que des pièges, ont été posés dans des zones civiles d'où les Azerbaïdjanais ont été expulsés il y a 30 ans à la suite de la campagne de nettoyage ethnique menée par l'Arménie et de l'occupation illégale du territoire azerbaïdjanais, empêchant ces familles et communautés déplacées de revenir à leurs domiciles.

L'Azerbaïdjan a demandé à la CIJ d'indiquer les mesures provisoires selon lesquelles l'Arménie doit immédiatement prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l'Azerbaïdjan d'entreprendre le déminage rapide, sûr et efficace des villes, villages et autres zones dans lesquelles les civils azerbaïdjanais retourneront à Latchine et Kelbédjer et d'autres régions d'Azerbaïdjan anciennement occupées, notamment en fournissant des informations sur l'emplacement, la quantité, le type et les caractéristiques des mines terrestres, des pièges et de tout autre engin explosif dans ces zones, afin de permettre aux déplacés internes azerbaïdjanais de rentrer chez eux.

L'Azerbaïdjan a également demandé à la Cour d'indiquer que l'Arménie doit immédiatement cesser et s'abstenir de tout effort supplémentaire visant à poser ou à parrainer ou soutenir la pose de mines terrestres et de pièges dans ces zones vers lesquelles les civils azerbaïdjanais retourneront sur le territoire azerbaïdjanais, y compris, mais pas limité à, l'utilisation du chemin Latchine à cette fin.

Auparavant, le 7 décembre 2021, la Cour avait accordé la première demande de mesures provisoires de l'Azerbaïdjan pour se protéger contre les violations continues de la CIEDR par l'Arménie, ordonnant à l'Arménie de prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher l'incitation et la promotion de la haine raciale visant les Azerbaïdjanais.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   CIJ   Karabagh   Arménie  


Fil d'info