Bouffonnerie de la logique : les 3 pseudo-thèses de Pashinyan – ANALYSE

  24 Novembre 2022    Lu: 774
 Bouffonnerie de la logique : les 3 pseudo-thèses de Pashinyan –  ANALYSE

Écouter le discours du Premier ministre arménien Nikol Pashinyan au sommet de l'OTSC à Erevan sans s'énerver nécessite une volonté de fer, uniquement pour ses tentatives de manipulation des lois élémentaires ou de raisonnement et de prendre tous les auditeurs pour des imbéciles. Les autres chefs d'État étaient assis là, l'exaspération se lisait sur leurs visages et attendaient que Pashinyan finisse enfin son discours pâteux.

Pashinyan utilise une certaine approche de cause à effet dans tous ses discours : « S'il n'y a pas de frontière entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, la zone de responsabilité de l'OTSC n'existe donc pas ; s'il n'y a pas de périmètre de responsabilité, il n'y a pas d'OTSC. Voila! Ainsi Pashinyan a fait disparaître l’OTSC ! Comme le dit le proverbe « tour de passe-passe et pas de fraude! »

Pseudo-Thèse 1 : « Périmètre de responsabilité de l'OTSC »

Si nous devions appliquer une saine logique, il n'y a aucun lien entre l'absence de démarcation et de délimitation à la frontière entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie et l'existence de l'OTSC. Cela rappelle étrangement la célèbre blague soviétique sur Chapayev :

« -… Avez-vous une allumette ?

- Je ne sais pas.

- Alors, tu es impuissant ! »

 

Son affirmation selon laquelle « il n'y a pas de frontière entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie » est vraie, car elle est basée sur des faits. Un simple smartphone avec Google Maps ne suffit pas pour déterminer la frontière entre les deux pays. Il a besoin d'outils un peu plus sérieusement. La frontière n'apparaîtra pas tant que la démarcation et les zones de sécurité frontalières ne seront pas clarifiées. Celles-ci n'existent en effet pas. Mais cela ne signifie pas que la zone de responsabilité de l'OTSC est également inconnue. Le domaine de responsabilité des organisations internationales n'est pas soumis à délimitation. Quelle que soit la signification indiscutable d' « Arménie », c'est précisément la zone de responsabilité de l'OTSC. Erevan doit d'abord discuter des territoires contestés avec Bakou afin que la zone de responsabilité de l'OTSC puisse être « réduite » en conséquence.

Si « la zone de responsabilité de l'OTSC est inconnue » et donc « l'OTSC n'existe pas » simplement parce qu'il y a des zones contestées à la frontière, l'État arménien n'existe pas. Après tout, l'Arménie se trouve également dans la zone de responsabilité de l'OTSC.

Pseudo-Thèse 2 : « Haut-Karabagh »

Le premier paragraphe de la déclaration du 10 novembre se lit comme suit : «... une cessation complète des tirs et de toutes les opérations militaires est annoncée dans la zone de conflit du Haut-Karabagh. » Sur cette base, Pashinyan dit que si le document dit « Haut-Karabagh », donc Le Haut-Karabagh existe, tandis qu'Ilham Aliyev prétend que ce n'est pas le cas.

L'homme agit officiellement comme un crétin et considère ses auditeurs du même avis. Le terme « zone de conflit du Haut-Karabagh » dans la déclaration du 10 novembre fait référence à la zone géographique, et non aux quasi-structures séparatistes qui s'y trouvent. Le terme division administrative n'avait pas encore été aboli à l'époque. Le décret du président de la République d'Azerbaïdjan du 2 juillet 2021 a annulé la division et créé la région économique du Zanguézour oriental. Actuellement, le Haut-Karabagh n'existe même pas en tant qu'entité administrative.

Quand Ilham Aliyev dit « il n'y a pas de conflit du Haut-Karabagh », il fait référence à l'entité séparatiste encore non dissoute dans la zone où les soldats de la paix russes sont temporairement déployés. Le Haut-Karabagh n'est désormais qu'un concept historique pour l'Azerbaïdjan. L'entité séparatiste temporaire là-bas n'existe pas ; personne ne l'a reconnu. Même l'Arménie ne l'a pas fait ! Nous aimerions entendre la réponse de Pashinyan à la question suivante chaque fois qu'il a du temps libre dans son tour de passe-passe logique : si le Haut-Karabagh existe bel et bien, pourquoi l'Arménie ne le reconnaît-elle pas ? !

Pseudo-Thèse 3 : La Route

Pashinyan dit que l'Arménie est prête à fournir une route à travers ses territoires allant de l'Azerbaïdjan au Nakhitchevan, mais ce ne sera pas un couloir, c'est pourquoi l'Azerbaïdjan n'en veut pas. Une autre question se pose : alors pourquoi un corridor devrait-il aller de l'Arménie aux territoires de l'Azerbaïdjan temporairement contrôlés par les soldats de la paix russes ? La logique de Pashinyan dit « parce que la déclaration du 10 novembre le dit ».

Nous savons qu'il y a eu un accord verbal sur plusieurs nuances entre les pays qui ont signé le document, mais Moscou et Erevan le nient maintenant. C'est bon. Ils démontrent simplement qu'ils ne sont pas précisément des partenaires parfaits pour un « gentlemen's agreement ». Mais revenons au document. La durée de vie du corridor de Latchine est la même que celle des soldats de la paix russes, soit cinq ans, dont deux déjà écoulés. Le temps file vraiment. Alors, que va faire l'Arménie lorsque le statut de « corridor » de la route de Latchine expirera ? Nous devons regarder un peu plus loin si nous voulons résoudre le problème…

Erevan ne doit pas oublier que les bénéfices du pays vaincu ne peuvent surpasser ceux du Victorieux. C'est ce que la logique exige. Eh bien, c'est la même logique qui semble manquer à Pashinyan !

Mais, si l'Arménie ne se considère pas vaincue et l'Azerbaïdjan vainqueur, il y a moyen de clarifier cela. Mais cela se passera dans un tout autre domaine !

Vussal Mammadov

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh   Arménie   OTSC  


Fil d'info