Borrell: L'UE considère les fuites sur les gazoducs Nord Stream comme le résultat d'« un acte délibéré »

  28 Septembre 2022    Lu: 270
 Borrell: L

Peu de gens pensent qu’il s’agit d’une coïncidence : les deux gazoducs de la mer Baltique Nord Stream 1 et Nord Stream 2 ont signalé des « dommages sans précédent » en peu de temps – en une journée, sur trois lignes. Deux fuites ont été découvertes à Nord Stream 1 au nord-est de l’île de la mer Baltique de Bornholm, qui appartient au Danemark et est située sur la côte sud de la Suède, et une à Nord Stream 2 au sud-est de l’île. Une chute de pression a été détectée dans les deux tubes lundi.

Des images de la marine danoise montrent des bulles de plus d’un kilomètre de diamètre se formant à la surface de la mer. Cela n’a aucun impact sur la sécurité d’approvisionnement, car le pipeline controversé Nord Stream 2 a été achevé à l’automne 2021 mais n’a pas été mis en service. Le transport de gaz via Nord Stream 1 (en service depuis 2011) a d’abord été restreint par Gazprom après les sanctions contre la Russie, puis arrêté.

L’UE menace de contre-mesures
L’Union européenne considère que le sabotage est la cause probable des fuites dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2 et menace de contre-mesures. “Toutes les informations disponibles indiquent que ces fuites sont le résultat d’un acte délibéré”, a déclaré mercredi le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, au nom des 27 États membres. Toute perturbation intentionnelle de l’infrastructure énergétique européenne se verra répondre par une “réaction vigoureuse”.

« Rendre la sécurité énergétique plus robuste »
Dans la déclaration, Borrell n’a donné aucun soupçon quant à qui pourrait être derrière un éventuel acte de sabotage. Cependant, l’Espagnol s’est dit très préoccupé par les dommages causés aux pipelines. “Ces incidents ne sont pas une coïncidence et nous concernent tous.” Toute enquête visant à clarifier ce qui se passe sera soutenue. Des mesures seront également prises pour renforcer la sécurité énergétique.

“Attaques préméditées”
Le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics, a également condamné les « attaques délibérées » contre les gazoducs. “Le sabotage des pipelines Nord Stream I et II doit être classé comme l’incident sécuritaire et environnemental le plus grave en mer Baltique”, a-t-il tweeté mercredi soir. “Il semble que nous entrions dans une nouvelle phase de guerre hybride.” “L’OTAN et l’UE devraient prendre cela au sérieux et réagir en conséquence”, a-t-il écrit après un appel téléphonique avec son homologue danois Jeppe Kofod au sujet de l’enquête.

En tout état de cause, selon la ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde, les actes de sabotage allégués ne constituent pas une attaque contre son pays. “Ce n’est pas une attaque contre la Suède car cela ne s’est pas produit sur notre territoire.” Elle a ajouté que son homologue américain Antony Blinken avait offert son aide pour découvrir ce qui s’était passé.

“Attaque ciblée contre les infrastructures”
En Pologne, en Allemagne, en Russie et au Danemark, une attaque ciblée contre l’infrastructure gazière européenne est considérée comme envisageable. Nous savons qu’il y a eu “vraiment des attaques contre l’infrastructure”, a déclaré le vice-chancelier allemand Robert Habeck. Selon la Première ministre danoise Mette Frederiksen, les autorités étaient parvenues à la conclusion claire qu’il s’agissait « d’actes délibérés et non d’un accident ». Le gouvernement suédois assume également le sabotage. Le Kremlin s’est dit “extrêmement préoccupé”. En retour, l’Ukraine a blâmé la Russie pour les fuites. “Nous pouvons clairement voir qu’il y a eu un acte de sabotage”, a déclaré le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Von der Leyen : “La réaction la plus forte possible”
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également parlé de sabotage. Elle a parlé à Frederiksen de “l’acte de sabotage”, a écrit von der Leyen sur Twitter mardi soir. Il est maintenant de la plus haute importance d’enquêter sur les incidents afin d’obtenir une « clarté complète » sur ce qui s’est passé et sur le contexte. “Toute perturbation intentionnelle des infrastructures énergétiques européennes actives est inacceptable et entraînera la réponse la plus forte possible”, a averti le président de la Commission.


Tags: UE   NordStream   Borrell  


Fil d'info