Coopération outre-mer - VidéoCast

  27 Juillet 2022    Lu: 1794
 Coopération outre-mer - VidéoCast

L'érosion du mondialisme dans le monde a apporté une nouvelle essence aux processus régionaux. À cet égard, la coopération économique tripartite entre l'Azerbaïdjan, le leader du Caucase du Sud, et les deux pays leaders de l'Asie centrale - le Kazakhstan et l'Ouzbékistan - est d'un grand intérêt.

L'économiste-expert Khalid Karimli a commenté les perspectives de l'intégration économique tripartite Azerbaïdjan-Kazakhstan-Ouzbékistan dans une interview avec AzVision.az.

 

- Comment évaluez-vous la déclaration tripartite Azerbaïdjan-Turkiye-Kazakhstan signée il y a quelque temps dans le domaine de la logistique et des communications ?

- La principale question qui a attiré l'attention lors des récentes discussions des ministres des Affaires étrangères, des Transports et des Communications de l'Azerbaïdjan, du Kazakhstan et de la Turkiye est la question de tirer davantage parti des conditions internationales apparues dans la période actuelle. Depuis longtemps déjà, des démarches ont été entreprises vers la mise en place du projet du Middle Corridor pour acheminer les marchandises de la Chine vers l'Europe et inversement. En fait, les tests du projet ont également été effectués. L'Azerbaïdjan a participé activement au processus. Rendre le corridor actif et commercial est intéressant pour tous les pays impliqués dans le processus. Mais il y a certaines difficultés ici.

Il est dans l'intérêt des trois pays de déterminer les itinéraires alternatifs des marchandises qui quitteront la Chine et passeront par le Kazakhstan, la Transcaspienne et l'Azerbaïdjan par le rail, le transport maritime et de nouveau vers l'Europe par le rail. Cependant, avant la pandémie, en particulier la priorité accordée au transport maritime et océanique rendait quelque peu difficile le détournement des flux de marchandises des itinéraires traditionnels dans cette direction. Parce que les structures d'entreprise n'ont pas voulu participer artificiellement à ce processus. Cependant, les restrictions apparues pendant la pandémie, puis les problèmes survenus dans les itinéraires des flux traditionnels de marchandises sèches dans le contexte de la guerre russo-ukrainienne, ont révélé la nécessité de réfléchir sérieusement à cette direction.

La principale question qui retient ici l'attention est que les structures compétentes de ces pays se réunissent et discutent de temps en temps afin de réduire le coût de ces flux de marchandises qui transiteront par le territoire de nombreux pays, de déterminer des tarifs préférentiels et de former des conditions de la chaîne de valeur du transport de marchandises entre les pays. Des mesures sérieuses sont actuellement prises dans cette direction, et le principal problème qui attire l'attention ici est le rôle croissant du transport de fret transcaspien.

- Le volume des relations commerciales et économiques de notre pays avec l'Ouzbékistan, qui dispose du plus grand capital humain de la région d'Asie centrale, est-il cohérent avec le potentiel actuel ? Quelles nouvelles opportunités les accords signés dans le cadre de la dernière visite du président azerbaïdjanais en Ouzbékistan ouvrent-ils ?

- À l'heure actuelle, les relations commerciales et économiques entre l'Azerbaïdjan et l'Ouzbékistan sont plusieurs fois inférieures au potentiel des pays. Cela se ressent clairement dans les déclarations faites par les dirigeants du pays lors de la dernière réunion. Bien entendu, ces deux pays, qui sont des partenaires stratégiques, souhaitent accroître les relations économiques et commerciales. La création d'entreprises communes, l'intensification de la coopération interentreprises, l'échange d'expériences dans les domaines où les pays excellent, la création d'un fonds commun et la mise en œuvre de projets d'investissement communs sont des étapes importantes qui seront franchies dans cette direction et augmenteront la coopération économique, commerciale et financière des pays. Les chiffres actuels sont faibles par rapport au potentiel des deux pays, et décupler ces chiffres dans un avenir proche est dans l'intérêt des deux pays.

En particulier, la volonté de l'Ouzbékistan d'atteindre l'Europe, la mer Noire et la Turkiye en utilisant les lignes ferroviaires et les voies de transport terrestres de l'Azerbaïdjan démontre l'expansion des activités futures de ces deux pays.

L'Ouzbékistan veut participer aux projets transcaspiens en passant par le Kazakhstan. Afin de développer les relations économiques et commerciales entre l'Azerbaïdjan et l'Ouzbékistan, le fait que les deux pays sont disposés et intéressés par des activités conjointes dans ce sens, la création de commissions pour la réalisation de travaux spécifiques, la signature de protocoles sur l'organisation d'entreprises conjointes, et l'annonce des intentions permettent d'affirmer que les pays élargiront leurs relations économiques et commerciales dans un futur proche.

- Est-il possible pour l'Ouzbékistan, qui n'a pas d'accès direct à la mer Caspienne, de participer à des projets pouvant être mis en œuvre dans la mer Caspienne via l'Azerbaïdjan et le Kazakhstan ? De manière générale, l'intégration économique de ces trois pays est intéressante sous quel angle ?

- L'Ouzbékistan est l'un des pays ambitieux à participer aux projets transcaspiens. Il a l'intention d'exporter ses produits vers l'Europe et la Turkiye en utilisant les projets Trans-Caspian, Middle Corridor, et vice versa, d'importer les marchandises dont il a besoin via ce corridor de transport. Les mesures prises dans cette direction correspondent aux intérêts stratégiques de l'Azerbaïdjan, du Kazakhstan et de la Turkiye.

Ici, la construction du projet ferroviaire Bakou-Tbilissi-Kars, dans lequel l'Azerbaïdjan a investi de longue date, et la construction du corridor de Zanguézour, qui est actuellement en cours de construction intensive, et qui s'étendra plus tard à la Turkiye, nous permet de dire que dans un avenir proche, l'accord général conclu pour le transport multimodal à travers le pays, le transport sur la mer Caspienne entraînera une augmentation du volume des flux de marchandises dans ces directions. En conséquence, l'Ouzbékistan aura la possibilité de vendre facilement ses produits en Europe en utilisant ces canaux.

- Qu'est-ce que le projet de coopération logistique et de communication tripartite Azerbaïdjan-Turkiye-Kazakhstan promet à l'Ouzbékistan ?

- L'Ouzbékistan n'a pas de connexion directe avec la mer Caspienne, mais en traversant la mer Caspienne par le Kazakhstan, il peut accéder à la Turkiye et à l'Europe via l'Azerbaïdjan. Actuellement, le processus d'augmentation de la part du transport de fret transcaspien, d'augmentation du nombre de transports par ferry traditionnel et de détermination de tarifs préférentiels est en cours dans le projet de Middle Corridor. L'Azerbaïdjan veut renforcer son rôle dans l'exportation de produits vers l'Europe via la Turkiye via la ligne ferroviaire Bakou-Tbilissi-Kars et augmenter le volume du transport de marchandises dans le sens des échanges avec l'Ukraine, la Roumanie et la Turkiye via les ports de Poti et Batoumi de la Géorgie. Le projet, mis en œuvre en passant par Zanguézour, est considéré comme un itinéraire alternatif. En outre, le projet reliant l'Azerbaïdjan au Nakhitchevan en passant par Zanguézour prévoit une éventuelle implication de l'Arménie dans les processus, ainsi que la connexion prévue avec le chemin de fer de Kars passant par le Nakhitchevan. L'Ouzbékistan souhaite également rejoindre la coopération Azerbaïdjan-Kazakhstan-Turkiye en matière de transport et de transport de marchandises. Ces dernières années, l'Ouzbékistan a connu un sérieux développement économique. L'accès de l'Ouzbékistan à l'économie mondiale a entraîné une forte augmentation des transactions d'importation et d'exportation du pays. En coopérant étroitement avec les organisations internationales, l'Ouzbékistan a réussi à attirer d'importantes ressources financières dans le pays. Participer à l'établissement de liaisons de communication et de transport alternatives et fiables fait partie des priorités de l'État ouzbek.

- L'Azerbaïdjan a déjà commencé à agir en tant qu'exportateur de capitaux. Est-il possible pour l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan et l'Ouzbékistan de lancer des projets communs dans ce domaine ?

- Les plus gros investissements de l'Azerbaïdjan tombent sur la Turkiye. L'Azerbaïdjan a largement investi dans les industries pétrolières, gazières et pétrochimiques de la Turkiye. Dans le même temps, l'Azerbaïdjan a d'importants investissements en Géorgie. Ici, la question principale est que ces pays sont des partenaires particulièrement importants pour l'Azerbaïdjan, ainsi que la poursuite des activités des entreprises du pays dans cette direction et la création d'un effet de synergie. À cet égard, l'investissement éventuel de l'Azerbaïdjan au Kazakhstan et en Ouzbékistan fait partie des questions à l'ordre du jour. En particulier, le développement rapide des liens entre ces trois pays, le renforcement de la coopération sur diverses plates-formes et l'identification de leurs vues vers l'avenir, ainsi que les mêmes objectifs, permettent à l'Azerbaïdjan de réaliser prochainement d'importants investissements dans ces pays.

Le fonds commun créé dans le cadre de l'Organisation des États turciques est destiné à organiser un fonds unique pour le financement des investissements dans des directions qui répondent aux intérêts communs des pays d'Asie centrale, l'Azerbaïdjan et la Turkiye, qui sont membres de cette organisation et serviront de fonds communs objectifs stratégiques. L'Azerbaïdjan est également intéressé par la création d'entreprises coopératives conjointes avec l'Ouzbékistan. Cela peut être dans l'industrie automobile, l'industrie pétrochimique, ce qui est intéressant pour les deux pays et donne aux deux pays une vision d'avenir.

En outre, le financement conjoint de divers projets transcaspiens avec le Kazakhstan et la possibilité pour l'Azerbaïdjan de louer des terres à l'extérieur du pays pour l'agriculture afin d'assurer la sécurité alimentaire sont des questions possibles. Le Kazakhstan et l'Azerbaïdjan peuvent coopérer et mettre en œuvre des projets communs. Ces facteurs conduiront à la participation active des trois pays au commerce mondial, à l'expansion des liaisons de transport et de communication conjointes et à la croissance des échanges. L'activité conjointe des trois pays est bien une réalité, et je suis sûr que nous assisterons bientôt au financement conjoint et à la construction conjointe de divers projets transcaspiens.

- Quel rôle les entreprises kazakhes et ouzbèkes peuvent-elles jouer dans la restauration des territoires azerbaïdjanais libérés ?

- Pour accélérer la restauration de ses territoires libérés, l'Azerbaïdjan a créé des conditions favorables à l'implication des pays amis, en particulier les pays frères qui ont soutenu la juste cause de Bakou sur diverses plates-formes pendant la guerre. Le plus grand exemple en est le rôle actif des entreprises turques dans le processus de restauration des terres. L'Azerbaïdjan a également laissé ses portes ouvertes à la participation du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan au processus.

L'Azerbaïdjan accorde une attention particulière à la création de conditions préférentielles et de parcs industriels technologiques pour les entreprises opérant dans ces zones. Il s'agit notamment des parcs technologiques et industrialo-technologiques d'Aghdam destinés aux opportunités de transport et de logistique créées dans la vallée d'Arazboyou. Aussi, la création d'entreprises de production principalement dans le domaine de l'industrie non pétrolière est prévue. Les portes sont ouvertes aux pays et à leurs entreprises souhaitant rejoindre ce processus. Au cours des deux dernières années, l'Azerbaïdjan a investi des milliards de manats du budget de l'État pour la reconstruction du Karabagh. En parallèle, des entreprises privées participent activement à la restauration de ces zones. Bien entendu, ce travail se poursuivra. Il est nécessaire de faire des investissements, de créer de nombreux domaines à partir de zéro. De ce point de vue, la participation des entreprises kazakhes, qui ont de grandes opportunités et ressources, ainsi que des entreprises ouzbèkes qui se sont engagées sur la voie d'un développement sérieux, dans la reconstruction du Karabagh et qui investissent dans l'économie de l'Azerbaïdjan est, bien sûr, intéressant pour nous.

L'État azerbaïdjanais essaie toujours d'attirer les investissements étrangers directs dans le pays. Si la source en est des États amis et frères, alors c'est doublement intéressant pour notre pays. En particulier, la création de coentreprises avec ces pays et la coordination d'activités conjointes est l'un des domaines d'activité importants. Pour le moment, le rôle actif des entreprises privées est quelque peu limité, car les territoires sont déminés et les investissements initiaux sont réalisés. Cependant, après avoir assuré la sécurité d'activité et la libre circulation dans la zone, les entreprises étrangères seront appelées à investir plus intensivement. Bien sûr, notre pays entend faire d'éventuelles concessions dans le processus d'établissement initial du Zanguézour oriental et du Karabagh. Des propositions vont dans ce sens et des travaux sont en cours pour accorder de nouvelles concessions.

Sahil Isgandarov

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Turkiye   Kazakhstan   Ouzbékistan  


Fil d'info