Téhéran annonce l’application du document de coopération globale avec Pékin

  15 Janvier 2022    Lu: 460
Téhéran annonce l’application du document de coopération globale avec Pékin

Le ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé le début de l’application du document de coopération stratégique globale avec la Chine, qui s'étend sur une durée de 25 ans, à partir d'hier vendredi.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a déclaré après de longues consultations avec de hauts responsables chinois, lors de sa visite de deux jours à Pékin, que les deux parties avaient convenu d'annoncer le début de l’application du document sur le long terme.

Dans une déclaration aux journalistes depuis Pékin, après sa rencontre avec son homologue chinois, Wang Yi, Abdollahian a ajouté que les deux pays avaient pris "des dispositions suffisantes" pour mettre l'accord de 25 ans en pratique, qu’il a qualifié de "l'une des réalisations les plus importantes de sa visite".

Il s'agit de la première visite du diplomate iranien à Pékin, depuis sa prise de fonction en septembre dernier. Le ministre iranien a également transmis une missive du président Ebrahim Raïssi au président chinois Xi Jinping.

Le 27 mars 2021, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue iranien de l'époque, Mohammad Djavad Zarif, ont signé un accord de coopération globale, d'une valeur de 400 milliards de dollars, lors de la première visite de Wang Yi à Téhéran.

L'accord garantit l'interaction économique et culturelle entre les deux parties et introduit également l'Iran à l'initiative chinoise "la Ceinture et la Route", un plan d'infrastructure évalué à des milliers de milliards de dollars, à travers lequel la Chine vise à construire un vaste réseau de projets d'infrastructure depuis l'Asie de l'Est jusqu’en Europe.

L'accord a suscité la controverse en Iran, où beaucoup craignent qu'il n'ouvre les ports stratégiques de l'Iran aux investissements et aux bases militaires chinois, mais les responsables gouvernementaux ont démenti ces appréhensions.

Les négociations dans le cadre de cet accord avaient démarré en 2016, lorsque le président chinois, Xi Jinping, s'est rendu en Iran, peu après la signature d'un accord nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances mondiales.

Après le retrait américain de l'accord nucléaire en mai 2018, et la réimposition des sanctions contre l'Iran, le débat sur l'avenir de l'accord sino-iranien a été soulevé, et il a été relégué au second niveau des priorités.

Hossein Amir Abdollahian a déclaré, dans la journée du vendredi sur Twitter qu'il était "très heureux" d’entamer la nouvelle année par une visite officielle en Chine, ajoutant que les questions à l’ordre du jour incluaient l'accord stratégique et les pourparlers nucléaires qui sont actuellement tenus à Vienne.

Avant la visite, le ministre iranien des Affaires étrangères a publié un article dans le quotidien d'Etat chinois Global Times, exprimant son espoir que la visite ouvre "un horizon nouveau et prometteur pour renforcer et développer la coopération dans divers domaines".

AA


Tags: Iran   Chine  


Fil d'info