Twitter reconnaît amplifier les contenus politiques de droite au détriment de ceux de gauche

  24 Octobre 2021    Lu: 1374
Twitter reconnaît amplifier les contenus politiques de droite au détriment de ceux de gauche

Une étude a été publiée par Twitter sur l’amplification de ses contenus politiques de gauche et de droite. Ces derniers sont plus souvent mis en avant par les algorithmes. La plateforme ne se l’explique pas.

Le mythe de la neutralité politique des réseaux sociaux vient encore de prendre du plomb dans l’aile. C’est la conclusion d’une étude récemment publiée par Twitter, qui admet que son algorithme amplifie les tweets à tendance droitière, plutôt que ceux de gauche.

La plateforme a en effet analysé les ressorts de son classement algorithmique, qui affiche les tweets sur la page d’accueil des usagers. Une page sur laquelle l’utilisateur voit apparaître les messages des comptes auxquels il est abonné, rangés soit par ordre chronologique, soit via un algorithme. C’est ce dernier qui a tendance à pencher à droite, selon l’étude.

C’est particulièrement vrai concernant les tweets d’élus relayés par le système. Les partis de droite sont amplifiés par rapport à ceux de gauche par ce classement algorithmique, dans plusieurs pays d’Europe.

En France, les tweets provenant des députés Républicains sont ainsi gonflés à hauteur de 150%, juste devant ceux du MoDem et de LREM. A contrario les messages parlementaires LFI sont grossis aux alentours de 110%. À noter que le RN n’a pas été pris en compte dans l’étude.

Le constat reste cependant le même dans les autres pays européens testés, à l’exception de l’Allemagne. Aux États-Unis, les tweets de représentants Républicains au Congrès sont aussi mis en avant comparé à ceux des Démocrates.
Un résultat qui s’applique aux élus mais également aux sites d’information relayés par l’algorithme.

"Les contenus des médias qui penchent sensiblement à droite sont légèrement amplifiés par rapport aux sources qui penchent à gauche", précise ainsi Twitter dans son étude.

Aux États-Unis, Fox News et le New York Post tirent notamment leur épingle du jeu. Ironie de l’histoire: Twitter avait censuré ce même New York Post en octobre 2020, bloquant le partage d’un article controversé sur Hunter Biden. Les Républicains avaient alors soupçonné la plateforme à l’oiseau bleu de favoriser le camp Démocrate. Jack Dorsey, fondateur de Twitter, avait lui-même sévèrement jugé l’action de son entreprise.

Si Twitter admet que son classement algorithmique souffre de biais politiques, la plateforme ne donne pas d’explications claires pour autant. Le géant américain affirme que l’amplification n’est pas "problématique par défaut", se contentant de blâmer l’interaction homme-machine.

"Réussir à identifier les causes du problème qui se dessine est considérablement plus difficile, car il s’agit d’un produit de l’interaction entre les humains et la plateforme", déclare ainsi cette dernière dans un communiqué.

Des analyses plus approfondies seront nécessaires pour cerner le problème, ajoute l’entreprise.

Comme les autres GAFA, Twitter a souvent été attaqué sur le terrain politique ces dernières années, notamment pour ses stratégies de modération. La plateforme avait en particulier bloqué le compte de Donald Trump en janvier, après les émeutes du Capitole. L’ex-Président a récemment intenté des actions en justice pour réclamer le déblocage de son compte.

Sputnik


Tags: Twitter  


Fil d'info