Trois personnes mortes et 20 autres blessées à la suite d'une fusillade lors d'une manifestation à Beyrouth

  15 Octobre 2021    Lu: 247
 Trois personnes mortes et 20 autres blessées à la suite d

Trois personnes ont été tuées et vingt autres ont été blessées, jeudi 14 octobre, dans une fusillade lors d'une manifestation des partisans du Hezbollah et du mouvement Amal dans la capitale libanaise, Beyrouth, selon des sources médicales ayant communiqué un bilan préliminaire.

Dans un bilan précédent, des sources médicales, préférant garder l'anonymat, ont déclaré à l'Agence Anadolu qu'au moins une personne a été tuée et 6 autres blessées dans des fusillades à Beyrouth.

Plus tôt dans la journée, le correspondant de l'Agence Anadolu avait signalé un bilan de trois blessés, avant que le nombre de morts ne s'alourdisse.

Des centaines de sympathisants des deux groupes chiites ont organisé cette manifestation pour dénoncer les décisions de refus de révocation de l'enquêteur judiciaire dans l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth, le juge Tariq Al-Bitar.

L'origine des tirs demeure inconnue, alors que la tension règne dans les quartiers de la capitale, et s'accompagne par un déploiement massif de l'armée.

Par ailleurs, des témoins oculaires ont déclaré à l'Agence Anadolu que des éléments armés fidèles au Hezbollah et à Amal se sont rassemblés dans certains quartiers de la capitale, où des tirs ont été entendus.

En juillet dernier, Al-Bitar a poursuivi 10 responsables et officiers libanais, dont deux députés d'Amal et l'ancien Premier ministre Hassan Diab.

Plus tôt jeudi, un tribunal a rejeté une deuxième demande de destitution d'Al-Bitar, présentée par deux représentants d'Amal, Ali Hassan Khalil et Ghazi Zuaiter, accusant le juge d'avoir "violé les principes constitutionnels et d'outrepasser les pouvoirs de la Chambre des représentants et le Conseil suprême pour juger les présidents et les ministres".

Lundi, le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah a estimé que les décisions d'Al-Bitar sont purement politiques et n'ont rien à voir avec la justice.

La Présidence libanaise a annoncé le report d'une session du Conseil des ministres, qui était prévue mercredi sans présenter les motifs nécessaires.

D'après une source bien informée s'exprimant à l'Agence Anadolu, ce report est intervenu après que les ministres du Hezbollah et d'Amal ont "tenu de revenir sur les circonstances entourant l'enquête sur une explosion dans un port, et de prendre position à ce sujet".

Le 4 août 2020, une énorme explosion s'est produite dans le port de Beyrouth, faisant 217 morts et environ 7 000 blessés, ainsi que d'énormes dégâts matériels aux bâtiments résidentiels et commerciaux.

Selon les enquêtes préliminaires, l'explosion s'est produite dans le douzième entrepôt du port, qui, selon les autorités, contenait environ 2 750 tonnes du "nitrate d'ammonium", un produit hautement explosif, qui avait été confisqué à un navire et stocké sur place, depuis 2014.

AA


Tags: Liban   Beyrouth   fusillade  


Fil d'info