« L'Arménie a délibérément perturbé le processus de négociation »

  24 Septembre 2021    Lu: 174
  « L

Le président de la République Ilham Aliyev a prononcé un discours prononcé lors du débat général sur le thème « Miser sur l’espoir pour renforcer la résilience afin de se relever du COVID-19, reconstruire durablement, répondre aux besoins de la planète, respecter les droits des personnes et revitaliser l’Organisation des Nations Unies » de la 76e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

M. Aliyev a fait savoir dans son discours qu'au cours des deux dernières années du conflit, l'Arménie avait délibérément perturbé le processus de négociation.

« Le gouvernement arménien a fait un certain nombre de déclarations et d'actions provocatrices, telles que « Le Karabagh, c’est l'Arménie et point » et « Pas un pouce de terre occupée ne sera restitué », a dit le président Aliyev.

« Le ministre arménien de la Défense de l'époque a ouvertement menacé l'Azerbaïdjan d'une nouvelle agression et d'une nouvelle occupation. L'Arménie a avancé « sept conditions » inacceptables et infondées, exigeant le changement du format des pourparlers, une reprise des négociations à partir de zéro et l'implication dans ce processus du soi-disant régime établi dans les territoires occupés par les Arméniens. La tentative de changer le format et la nature des pourparlers a été une désagréable surprise pour les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, dont les activités ont été paralysées à cause des actions irresponsables et dangereuses de l'Arménie », a souligné le président de la République.

En abordant la poursuite de la politique de colonisation illégale par l'Arménie en violation flagrante du droit international, le chef de l’Etat a marqué qu’en juillet 2020, l'Arménie avait commis une provocation militaire le long de la frontière avec l'Azerbaïdjan et puis, en août, un groupe de sabotage arménien avait tenté de franchir la ligne de contact et de commettre des actes terroristes contre les militaires et les civils azerbaïdjanais.

« Lors de mon discours prononcé le 24 septembre 2020 à la 75e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, j'ai averti que les déclarations hostiles et azerbaïdjanophobes et les provocations des dirigeants arméniens démontraient que l’Arménie se préparait à une nouvelle agression militaire contre l’Azerbaïdjan. Trois jours plus tard, le 27 septembre, l’Arménie a lancé une attaque à grande échelle contre des positions militaires et des civils azerbaïdjanais. L’Azerbaïdjan a lancé une contre-attaque face à l’Arménie sur son territoire, bénéficiant du droit de légitime défense reconnue à l’article 51 de la Charte des Nations Unies », a précisé le président azerbaïdjanais.

Avec Azertac


Tags: Azerbaïdjan   Arménie   Karabagh