Selon le président turc, son pays a été abandonnée dans sa lutte extraordinaire contre la migration irrégulière

  09 Septembre 2021    Lu: 233
Selon le président turc, son pays a été abandonnée dans sa lutte extraordinaire contre la migration irrégulière

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan a annoncé que la Turquie avait été abandonnée dans sa lutte extraordinaire contre la migration irrégulière.

Le Chef de l'État a envoyé un message vidéo au symposium sur les relations avec la Grèce, organisé conjointement par les universités du 9 septembre et de Baskent, jeudi.

Il a rappelé que des milliers de migrants irréguliers ont perdu la vie dans la mer Égée, alors qu'ils voulaient fuir le conflit interne en Syrie et les massacres qui perdurent depuis 11 ans.

"Le bébé Aylan a été le symbole de la honte du monde moderne, a insisté Erdogan. Mais les pays de l'Occident, en particulier de l'Europe, n'ont pas tiré des leçons. Aucune démarche n'a été entreprise pour permettre une vie dans la paix et la sécurité aux migrants, dans leur propre pays."

Ainsi, dans ce contexte, le Président a souligné que "la Turquie a été abandonnée dans la lutte extraordinaire qu'elle mène contre la migration irrégulière en provenance de la Syrie".

"Les portes sont fermées aux migrants syriens opprimés mais grandes ouvertes aux assassins de FETO qui ont tué 251 concitoyens en Turquie, a-t-il martelé. C'est une honte pour l'Humanité entière."

Erdogan a fait remarquer que la Grèce a opté des pour des politiques maximalistes pendant cette période, au lieu de soutenir les efforts de la Turquie.

Pour le Président turc, "alors que la crise migratoire aurait pu contribuer à la coopération turco-grecque, cette occasion a été ratée à cause de l'approche irréconciliable d'Athènes".

"Nous attendons que notre voisin la Grèce respecte nos droits et intérêts, évite les faits accomplis et les actes unilatéraux, a-t-il conclu. J'estime que nous trouverons, avec Athènes, des solutions basées sur la justice et la coopération, tout en tenant compte du droit de voisinage."

AA


Tags: Turquie   migrants