Opinion | Organisation inutile des Nations Unies : l'ONU peut-elle être réformée au Karabagh ?

  25 Août 2021    Lu: 348
  Opinion |  Organisation inutile des Nations Unies : l

Bien que près d'un an se soit écoulé depuis la fin de la guerre, certains pays et organisations discutent toujours des processus qui se sont déroulés pendant le conflit, au lieu de la restauration du Karabagh et des régions avoisinantes, détruites pendant 30 ans.

Au cours des 30 dernières années, l'Arménie a pillé ces territoires devant les yeux de toute la communauté mondiale, y compris ceux qui veulent encore discuter de ce qui s'est passé en 2020. L'Azerbaïdjan a fait à plusieurs reprises des déclarations dans toutes les tribunes sur les atrocités arméniennes, présenté des preuves, invité des organisations internationales au Karabagh, mais beaucoup de ces personnes n'ont pas voulu le voir ou en entendre parler. Afin de ne pas assister à la destruction du Karabagh du fait de leur négligence, les pays et organisations responsables du règlement du conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie ont refusé de visiter les territoires libérés de l'occupation. C'était un exemple plus clair d'être « muet, sourd et aveugle » à ce qui s'est passé au Karabagh.

Si les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE et les États membres du Conseil de sécurité de l'ONU s'étaient conformés aux résolutions de l'ONU sur le retrait de l'Arménie des terres azerbaïdjanaises occupées, il n'y aurait eu aucune perte de dizaines de milliers de vies, aucune destruction de territoires azerbaïdjanais et aucune honte en Arménie.

Ces dernières années, l'Arménie a fait preuve de courage en raison de l'échec du Groupe de Minsk de l'OSCE et du Conseil de sécurité de l'ONU à prendre de réelles mesures contre elle. Pour une raison quelconque, les pays et les organisations responsables du règlement du conflit du Haut-Karabagh n'ont pas compris ce que le président Ilham Aliyev voulait dire en déclarant que l'Azerbaïdjan ne se réconciliera jamais avec l'occupation et résoudra le conflit par tous les moyens. Le drapeau azerbaïdjanais flottait déjà à Choucha lorsque ceux qui tentaient de prolonger le conflit autant que possible en gelant le processus sans faire de distinction entre l'occupant et la partie occupée ont ouvert les yeux. Par conséquent, la responsabilité à la fois de la prolongation du conflit pendant 30 ans et du début de la guerre de 44 jours incombe non seulement à l'Arménie mais aussi à la communauté internationale, qui a fermé les yeux sur sa politique d'agression pendant 30 ans.

Chose intéressante, lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté des résolutions contre la Libye et la Yougoslavie, elles ont été immédiatement mises en œuvre. Mais la création du Groupe de Minsk de l'OSCE, dont les trois membres étaient des États membres de l'ONU, a été suggérée lorsqu'il s'agissait de la libération des territoires azerbaïdjanais en vertu des résolutions du CSNU.

Le GdM de l'OSCE a effectué plusieurs visites dans la région du Karabagh, mais n'a jamais fait de déclaration selon laquelle « l'Arménie est un occupant » ou n'a pas déclaré que « les 4 résolutions du Conseil de sécurité doivent être mises en œuvre », ce qui a été signé par eux. Ils n'avaient même pas pitié de nos territoires détruits. Ainsi, le GdM est responsable de la destruction du Karabagh et des territoires environnants, de la poursuite de l'occupation pendant 30 ans, et du fait que l'Arménie se considère plus puissante qu'elle ne l'est.

Il est intéressant de noter que les pays coprésidents du GdM de l'OSCE, qui ont toujours eu des vues divergentes sur tous les autres conflits, étaient complètement unis sur la question du Karabagh, vieille de 28 ans. À la racine de leur négligence se trouve leur objectif de « geler le conflit pour une plus longue période de temps ». Si ces pays avaient appliqué les sanctions contre l'occupant, l'Arménie économiquement faible se serait retirée d'au moins 5 régions environnantes sans hésitation. Cela aurait pu empêcher la guerre et les pertes de vie. Par conséquent, les organisations internationales devraient informer le public des causes du conflit, plutôt que de parler du conflit qui n'était qu'un résultat de leur négligence et qui a pris fin il y a un an.

L'Arménie se rendit et signa un acte de capitulation. Afin de sauver le reste de son armée sous la menace du siège, le pays occupant a été contraint d'évacuer Kelbedjer, Latchine et Aghdam, ainsi qu'une centaine de villages de Goubadly et Zenguilan. Cependant, l'ennemi, qui n'a pas renoncé à sa barbarie, a quitté nos territoires, brûlant maisons et forêts, même à la dernière minute. Malgré tout cela, le conflit est terminé. Des dizaines de pays ont félicité le président et le peuple azerbaïdjanais à cette occasion.

Si l'Azerbaïdjan avait l'intention de continuer la guerre et de nettoyer le Karabagh des soldats arméniens, cela n'aurait pas donné 20 jours à l'armée arménienne pour battre en retraite. L'Azerbaïdjan ne s'est battu que pour libérer ses territoires. La libération de Khankendi, Khodjaly et Khodjavend pourrait prendre un maximum de 3 à 5 jours. C'était aussi simple que de l'eau potable pour détruire les 3 km de caravanes de l'ennemi fuyant le champ de bataille par l'étroite route de montagne. Nous ne l'avons pas fait car le conflit était terminé, nous avions une signature sur le document. Si nous, comme l'Arménie, ne respections pas notre signature, aucun Arménien armé au Karabagh ne pourrait survivre du 10 au 30 novembre. Si quelqu'un survivait, c'était grâce au grand respect de l'Azerbaïdjan pour sa signature et sa promesse. En fait, les organes chargés du règlement du conflit et l'Arménie auraient dû exprimer leur profonde gratitude à l'Azerbaïdjan.

Le fait que les pays ayant le plus grand potentiel nucléaire de la planète et les plus gros vendeurs d'armes soient membres du Conseil de sécurité de l'ONU conduira encore notre monde à de nombreuses catastrophes. Le soldat azerbaïdjanais a rempli les devoirs de ceux qui n'ont pas respecté leurs signatures avec dignité, bien qu'au prix de leur vie. L'Azerbaïdjan a restauré la justice historique et divine dans le plein respect des normes du droit international et des termes des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. Il l'a fait seul, non pas avec l'aide de ceux qui ont signé les quatre résolutions, mais parfois même sous la pression. Par conséquent, c'était le droit naturel de notre président, de notre peuple et de notre armée d'accepter les félicitations de l'ONU, mais, malheureusement, ils n'ont pas eu le courage de déclarer que « le soldat azerbaïdjanais a fait ce que nous devions faire, donc nous sommes reconnaissant envers lui. »

L'UNESCO, qui a été invitée à plusieurs reprises dans la région pour se familiariser avec les dommages causés à nos monuments historiques dans les territoires de l'Azerbaïdjan pendant les 30 ans d'occupation, a toujours refusé ces propositions. Après la fin de la guerre, le désir de l'organisation de venir dans la région est sans équivoque un double standard. Après la fin du conflit, les priorités immédiates de l'Azerbaïdjan sont d'assurer la sécurité des territoires, de déminer les terres, de restaurer les infrastructures et d'assurer le retour des citoyens dans leur pays d'origine. Le président Ilham Aliyev, qui surveille en permanence ces activités, s'est rendu plus de 10 fois dans les zones libérées au cours des neuf mois écoulés depuis la fin du conflit. La construction de trois aéroports et d'une autoroute de 700 km est en cours dans ces zones. Outre les routes et les voies ferrées, la construction d'aéroports jouera un rôle important pour assurer à la fois la sécurité et le développement économique. L'ouverture du corridor Zanguezour fera de ces zones un hub logistique international. Par conséquent, au lieu de regarder en arrière, les organisations internationales devraient être étroitement associées à la restauration des territoires azerbaïdjanais détruits à cause de leurs fautes. Elle peut aussi être considérée comme une occasion historique pour eux d'apaiser leur conscience. La partie azerbaïdjanaise ne s'opposera probablement pas à l'implication de l'ONU et d'autres organisations dans la reconstruction du Karabagh. La coopération à cet égard peut créer des conditions favorables au rétablissement de relations endommagées.

Par Adalat Verdiyev, expert militaire

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh   Arménie   ONU