Vaccins contre-COVID: Pfizer et Moderna font flamber les prix de leurs vaccins vendus à l’UE

  04 Août 2021    Lu: 308
Vaccins contre-COVID: Pfizer et Moderna font flamber les prix de leurs vaccins vendus à l’UE

Pfizer prévoit de vendre cette année ses vaccins développés en partenariat avec l'allemand BioNTech contre le Covid-19 pour 33,5 milliards de dollars, soit plus que les 15 milliards de dollars prévus en février

Pfizer, avec son partenaire BioNTech, et Moderna auraient profité de leurs négociations avec l’Union européenne pour augmenter leurs tarifs, selon le Financial Times. Des informations indirectement confirmées par Clément Beaune qui a évoqué de nouvelles exigences concernant les vaccins.

Que ce soit en raison d’une éventuelle nécessité d’une dose de rappel face au variant Delta ou de l’élargissement de la vaccination aux adolescents, les entreprises qui fabriquent et livrent des vaccins anti-Covid sur le marché européen auraient annoncé majorer le prix de leurs produits. Ainsi ont fait Pfizer – avec une hausse de 25% – et Moderna – plus de 10% – dans le cadre des nouveaux contrats d'approvisionnement de l'Union européenne, selon le Financial Times.

Les accords conclus cette année pour un total de 2,1 milliards de vaccins jusqu'en 2023 ont été renégociés après que les données des essais de phase 3 ont prouvé que les vaccins à ARN messager de Pfizer et Moderna avaient des taux d'efficacité plus élevés que ceux développés par AstraZeneca et Johnson & Johnson. En outre, la réputation de ces deux derniers a souffert à la suite de retards de livraison et de la manifestation d’effets secondaires graves qui avaient poussé certains pays à en restreindre l’usage ou en suspendre l’utilisation.

Ainsi, le nouveau prix d'une dose de Pfizer, le vaccin conçu par l’entreprise pharmaceutique américaine avec l’allemand BioNTech, s’élève à 19,50 euros contre 15,50 euros avant, selon les contrats à la disposition du Financial Times. Le prix de Moderna serait désormais de 21,50 euros la dose, soit plus que les 19 euros convenus lors du premier contrat, mais moins que les 24 euros établis précédemment, la commande ayant augmenté, selon un responsable proche des négociations cité par le quotidien.

Le secrétaire d’État chargé des affaires européennes, Clément Beaune, est revenu sur RFI sur cette augmentation des prix. Interrogé pour savoir si la dose de Pfizer qui va coûter 4 euros de plus serait la même que celle achetée à 15 euros il y a quelques mois, il a affirmé qu’il y aurait «plus d’exigence».

«Ce sera un produit basé scientifiquement sur le même processus, mais adapté aux variants: c’est une des exigences que pose l’Union européenne dans ses négociations qui sont encore en cours», a-t-il noté.

Il a précisé que le vaccin serait fabriqué sur le sol européen «avec des calendriers de livraison plus précis» et que des pénalités financières seraient prévues si ceux-ci n’étaient pas respectés.

La Commission européenne a annoncé en mai dernier avoir signé un troisième contrat avec Pfizer-BioNTech.

«Ce contrat a pour objet de réserver 1,8 milliard de doses supplémentaires, pour le compte de tous les États membres de l'Union, entre fin 2021 et 2023. Il permettra l'achat de 900 millions de doses du vaccin actuel et d'un vaccin adapté aux variants, avec une option pour l'achat de 900 millions de doses de plus», avait-elle indiqué dans un communiqué de presse.

L’américain Pfizer prévoit de vendre cette année ses vaccins développés en partenariat avec l'allemand BioNTech contre le Covid-19 pour 33,5 milliards de dollars (environ 28,2 milliards d’euros), soit plus que les 15 milliards de dollars prévus en février et même plus que les 26 milliards que le groupe avait dit espérer en mai. La société, qui partage les bénéfices avec son partenaire allemand BioNTech, prévoit d'augmenter les prix une fois la pandémie terminée, affirme le journal.

Les ventes du vaccin AstraZeneca devraient atteindre pour leur part 15 milliards de dollars (environ 12,6 milliards d’euros) l'année prochaine.

Sollicitée pour une demande de commentaire sur ses prix dans l’UE, Moderna n'a pas répondu, mais a confirmé que les accords sur de faibles quantités seraient honorés pour des prix plus élevés.

Pfizer a refusé de commenter les prix, invoquant la confidentialité.

Spuntik


Tags: Pfizer   Moderna